Mes conseils d’hébergement bon marché pour un voyage eco-friendly réussi cover
Astuces voyage, Voyage responsable

Mes conseils d’hébergement bon marché pour un voyage eco-friendly réussi !

L’hébergement est souvent un poste de dépenses élevé lors d’un voyage.

Certains trouvent important de pouvoir loger dans de beaux endroits pleins de confort, de couettes moelleuses, de salles de bains modernes sorties tout droit des magazines de déco les plus tendances, quitte à rogner sur la durée du séjour.

À l’inverse, d’autres trouvent tout à fait ridicule de dépenser une grosse partie de leur budget voyage dans des hébergements surfaits, luxueux et impersonnels dans lesquels ils ne passeront que quelques heures, et encore en grande partie pour y dormir. Ces logements sont non seulement onéreux, mais loin d’être toujours eco-friendly.

C’est à cette 2ème catégorie de voyageurs que cet article s’adresse. Ceux qui préfèrent lésiner sur la qualité et le confort de leur hébergement pour pouvoir voyager plus longtemps. Ceux qui pensent qu’il vaut mieux consacrer son argent à la découverte du pays qu'ils visitent, plutôt qu’à un logement 4* certes tout confort mais parfaitement inutile. Enfin, ceux-là mêmes qui trouveraient fort irrespectueux pour le pays qui les accueille d’être hébergés dans ces endroits si indécents pour les populations locales.

La bonne nouvelle, c’est qu’il existe des solutions alternatives pour se loger à moindre coût en voyage, tout en en limitant son impact sur l’environnement. Tour d’horizon de ces hébergements bon marché à privilégier pour un voyage eco-friendly réussi !

Mes conseils d’hébergement bon marché pour un voyage eco-friendly réussi hébergements bon marché

Wwoofing (ou woofing)

Le wwoofing (World Wide Opportunities on Organic Farms) est un concept d’hébergement tout à fait original pour les citadins en manque de nature et ne rechignant pas à la tâche. Le principe est simple : effectuer quelques heures quotidiennes de travail bénévole dans une ferme biologique, en échange du gîte et du couvert. Le reste du temps, c’est quartier libre pour découvrir le pays.

Le concept est né en 1971 en Angleterre, à l'initiative de Sue Coppard, et n’a cessé de se développer depuis. On compte aujourd’hui 12.000 fermes biologiques hôtes accueillant 100.000 wwoofers dans 130 pays. C'est donc un excellent moyen de concilier le manque de main d'œuvre des exploitations agricoles biologiques avec le besoin de bon air frais de la campagne des citadins, où qu’ils résident..

Le wwoofing est l’hébergement eco-friendly par excellence qui te permettra :

  • de passer des vacances solidaires et écologiques à l’autre bout du monde, en n’ayant que le transport à ta charge

  • de te former aux principes de l’agroécologie et de la permaculture (pas besoin de compétences particulières, tu es justement là pour apprendre de tes hôtes)

  • de faire des rencontres enrichissantes avec des gens passionnés et passionnants

Pour devenir wwoofer, tu dois adhérer à l'association Wwoof du pays que tu souhaites visiter, moyennant une cotisation annuelle variable en fonction de ta destination (25 € en France, 15 € en Belgique, 70 $ en Australie pour 2 ans).

Attention toutefois, le wwoofing nécessite de la motivation pour effectuer les tâches dont tu auras la charge (jardinage, cueillette, petits travaux…). Si tu n’es pas prêt à mettre la main à la patte, tourne-toi plutôt vers le couchsurfing.

Mes conseils d’hébergement bon marché pour un voyage eco-friendly réussi woofing


Couchsurfing

Si l’esprit du wwoofing t’intéresse mais que la campagne t’angoisse et l’idée des tâches quotidiennes à accomplir te rebute, le couchsurfing devrait pouvoir t’intéresser. Cela signifie littéralement “surfer sur un canapé”. L’idée qui se cache derrière cet anglicisme est un mode d’hébergement chez l’habitant complètement gratuit, fondé sur l’hospitalité, l'échange et le partage (complètement dans l’esprit unbrindevoyage !).

Les hôtes proposent un canapé, un matelas ou un repas à des voyageurs de l’autre bout du monde désireux de partager leur quotidien pour quelques jours. En échange, les couchsurfeurs apportent leur bonne humeur, leurs discussions, leurs anecdotes de voyage.

Le couchsurfing a été créé après la Seconde Guerre mondiale par un objecteur de conscience américain, Bob Luitweiler. Internet lui a donné ses lettres de noblesse en lui permettant de se développer à l’international. C’est aujourd’hui une philosophie de vie de voyageur partagée par 14 millions de couchsurfeurs dans plus de 200.000 villes du monde entier.

Concrètement, le couchsurfing fonctionne comme un réseau social. Tu crées ton profil sur un sité dédié en  indiquant tes centres d’intérêt et tes valeurs, et tu choisis un hôte qui a les mêmes que toi (ou pas), en t’aidant des avis et commentaires laissés par les autres couchsurfeurs (primordiaux pour éviter les déconvenues). Sur place, la politesse veut que tu apportes un petit cadeau à l’arrivée, et bien évidemment que tu respectes les règles et le mode de vie de la maison.

Le site le plus utilisé à ce jour est Couchsurfing.com.


Bivouac et camping sauvage

Te réveiller au bord d’un lac de montagne, seul au monde ou presque,  le soleil toquant à la porte de ta toile de tente ou tout simplement dans tes yeux car tu auras dormi à la belle étoile, avec pour seul bruit de fond, le silence…

Le bivouac ou le camping sauvage peut se révéler être une expérience unique à vivre lors d’un voyage. Il est assurément le mode d’hébergement eco-friendly prédisposé des amoureux de la nature en recherche de lâcher prise avec le rythme effréné de leur vie citadine. Te reconnais-tu dans ce portrait ?!

D’un point de vue économique, il ne t’en coûtera que l’investissement dans le matériel nécessaire à ton campement (tente, réchaud, popote, matelas, duvet…). Ensuite, c’est totalement free, dans tous les sens du terme ! Ainsi, il est une alternative économique indéniable aux nuitées en refuge lors d’un trekking.

Parmi les inconvénients mineurs, auxquels tu seras cependant préparé : le poids du sac à dos à porter (car tel l’escargot, tu promènes ta maison sur ton dos); l’absence de sanitaires et d’eau courante; les nuits fraîches.

Parmi les avantages majeurs : un mode de voyage durable, slow life, au plus proche de la nature; une reconnection avec l’environnement.

Le bivouac demande cependant un minimum d’organisation, car généralement soumis à des réglementations strictes en matière environnementale ou sécuritaire (la rencontre avec un animal sauvage peut être une expérience déstabilisante). Certains pays l’interdisent formellement (la plupart des pays européens), d’autres l’acceptent volontiers (Scandinavie, Ecosse, Nouvelle Zélande, Etats-Unis). Mieux vaut te renseigner au préalable pour savoir s’il est autorisé dans la région ou le pays que tu souhaites visiter. Un aventurier averti en vaut 2 !


Camping écolo

Avec le camping payant, on monte d’un cran dans le confort. Il se peut en effet que l’idée du camping sauvage t’attire beaucoup mais que tu ne sois pas prêt à faire des concessions au niveau de l’hygiène, et encore moins des rencontres nocturnes impromptues avec des animaux sauvages. Dans ce cas, le camping version écolo peut être la solution idéale !

À l’investissement initial en matériel déjà évoqué dans le chapitre précédent, il te faudra dans ce cas ajouter le coût de l’emplacement de l’établissement que tu auras réservé. Cela reste une solution d’hébergement assez économique comparé à la location d’un mobil-home par exemple, ou d’une location en dur.

Pour bien choisir ton camping écolo, assure-toi que celui-ci est certifié par un écolabel type La Clef Verte et l’Écolabel européen. Tu auras ainsi la certitude que l’établissement dans lequel tu vas séjourner adopte des pratiques respectueuses de l’environnement (tri des déchets, économie d’énergie, gestion responsable de l’eau, utilisation de produits biodégradables…).


Auberge de jeunesse éco-responsable

Les auberges de jeunesse sont des hébergements touristiques reposant sur le partage d’espaces communs (logements en dortoirs, sanitaires, cuisine), favorisant ainsi les rencontres et les échanges entre voyageurs du monde entier. C’est un type d’hébergement bon marché très intéressant pour les voyageurs éco-responsables peu friands des toiles de tente ou des nuits à la belle étoile, préférant séjourner dans des logements en dur mais sans se ruiner.

Quand on parle d’auberge de jeunesse, toute une frange de la population se sent d’emblée exclue - à tort. Car si à l’origine, ces établissements étaient exclusivement réservés aux jeunes, cela n’est plus le cas aujourd’hui. La limite d’âge a en effet été supprimée, et on peut même y séjourner en famille !

Les principes fondateurs des auberges de jeunesse sont en phase totale avec ceux du voyage durable : neutralité politique, bienveillance, accueil de tous, ouverture d’esprit, partage, encensement du voyage, respect de la nature. Cela n’est donc pas un hasard si la création d’auberges de jeunesse 100% éco-responsables s’est accentuée ces dernières années, répondant ainsi à la demande grandissante de jeunes (et moins jeunes) à la conscience écologique souhaitant voyager à moindre coût, de la façon la plus durable possible. 

La plupart des auberges de jeunesse sont aujourd’hui regroupées en réseau mondial, le plus connu étant Hostelling International.

Mes conseils d’hébergement bon marché pour un voyage eco-friendly réussi auberge de jeunesse


Chambre d’hôte

Enfin, je termine cet article sur un dernier mode d’hébergement bon marché dont la tendance eco-friendly se développe aussi depuis quelque temps : les chambres d’hôte. Pour être en phase avec la prise de conscience écologique de leurs clients, les propriétaires multiplient les initiatives pour créer des chambres d’hôtes à impact environnemental limité, ou bien transformer leurs logements existants en havres écotouristiques.

À la croisée des chemins entre nuit chez l’habitant et hôtel, la chambre d’hôte convient parfaitement à des voyageurs aimant tout à la fois le confort, le contact avec les populations locales et le respect de leur intimité à la nuit tombée. C’est le logement idéal pour des courts séjours, permettant de rayonner quelques jours dans une région avant de passer à une autre.

Voici ce qu’une chambre d’hôte écolo peut te proposer :

  • des petits déjeuners faits maison avec des produits locaux et de saison

  • un ménage effectué avec des produits non nocifs pour l’environnement (vinaigre blanc, bicarbonate…)

  • des produits d’entretien biodégradables

  • des ateliers zéro déchet ou DIY pour apprendre à faire ta lessive ou ton déodorant  toi-même

  • du jardinage

Mes conseils d’hébergement bon marché pour un voyage eco-friendly réussi chambre d'hôte

Comme il n’y a pas un seul type de voyageur éco-responsable, il existe bien des moyens de se loger à moindre prix, voire complètement gratuitement, lors d’un voyage eco-friendly. Oui, même (et surtout) à l’autre bout de la planète ! A toi de les tester et de les éprouver pour trouver celui qui te conviendra le mieux.

N’hésite pas à partager en commentaire le dernier hébergement bon marché testé lors de ton dernier voyage !

 

Pour savoir comment réduire ton budget voyage plus globalement, télécharge mon guide gratuitement.

Si tu veux des conseils de destinations pour un voyage responsable, contacte-moi !

Lire la suite
Mes 10 astuces pour préparer ton sac à dos de façon écolo cover
Astuces voyage, Voyage responsable

Mes 10 astuces pour préparer ton sac à dos de façon écolo !

Cette année, c'est décidé, tu vas voyager de façon durable et responsable, à commencer par la préparation de tes bagages. Ton sac à dos sera green et zéro déchet, pour le mettre enfin en adéquation avec tes principes écolo.

Cela fait longtemps que tu y penses, mais avoue-le, tu ne sais pas comment t’y prendre ni par quel bout commencer pour bien faire. À quelques jours du grand départ, des doutes existentiels t’assaillent. Ai-je le sac à dos qu’il me faut ? Sa taille est-elle suffisante ? Combien dois-je emporter de tee-shirts ? Faut-il vraiment prévoir une tenue par jour ? Combien de shorts ? Une veste de pluie ok, mais la doudoune, est-ce vraiment nécessaire ? Et comment m’en sortir avec l’hygiène avec juste un savon et un shampoing ?! Mais c’est quoi un sac à dos écolo d’abord ?!

Pas de panique ! Un sac à dos écolo, c’est un bagage dont l’impact sur l’environnement sera le plus limité possible. On le devine plutôt léger, fonctionnel et minimaliste. Il ne demande pas plus d’effort à préparer qu’un bagage qui ne l’est pas. Il nécessite juste un peu (à peine) plus de réflexion et d’anticipation la première fois.

Tu es prêt ? Voici 10 astuces pour t’aider à organiser ton sac à dos à impact limité.

Mes 10 astuces pour préparer ton sac à dos de façon écolo faire du stop


Astuce n° 1 : Réduis la taille de ton sac à dos

Un sac à dos écolo, c’est d’abord un bagage léger dont la taille est adaptée à tes stricts besoins. Plus un bagage est gros, plus son impact environnemental est important. C’est mathématique : plus de matière à produire, plus de poids à transporter, donc plus d'émissions de CO2 dans l’air. C’est d’autant plus vrai si tu prends l’avion pour te rendre sur ton lieu de villégiature. 

À l’inverse, un sac réduit et plus léger aura un impact plus limité sur l’environnement. Bingo !

Sinon, tu connais la loi de Douglas, celle qui dit que plus tu as d’espace, plus tu t’étales ?! Avoue, cette loi t’a souvent guidé.e par le passé. Pour ton futur voyage durable, oublie-là ! La taille de sac idéale est finalement celle qui te permettra d’emporter ton essentiel, pas plus.

Un tip pour clôturer ce sujet : le poids de ton sac à dos ne doit pas dépasser 20% de ton propre poids. Cela peut être perçu comme un avantage aux poids lourds (quoique), ou au contraire un bon argument pour voyager de façon plus efficace.

Mes 10 astuces pour préparer ton sac à dos de façon écolo ne pas emporter trop de choses


Astuce n° 2 : Investis dans un bagage écoresponsable

Il se peut qu’en tant qu’ancien adepte de la loi de Douglas, tu n’aies à ta disposition que de gros sacs à dos bien lourds et encombrants. C’est le moment d’investir, en toute éco-responsabilité bien sûr !

Tu peux dans un premier temps chercher du côté des sites de seconde main type leboncoin ou Vinted. Le choix est immense et les bonnes affaires y pullulent. C’est le meilleur moyen pour investir à moindre coût, tout en donnant une seconde, voire une troisième vie à un bagage qui aurait certainement fini à la déchetterie.

L’autre option est d’investir dans un sac à dos écoconçu, fabriqué à partir de matériaux recyclés ou de matières de qualité durable, et sans PFC. Le coût sera certainement plus élevé, mais cet investissement sur le long terme sera vite rentabilisé.


Astuce n° 3 : Vérifie la météo avant de partir

Ce conseil n’est pas si à côté de la plaque qu’il n’y paraît. En effet, le but ici n’est pas de pouvoir parler de la pluie et du beau temps avec tes compagnons de voyage ou les autochtones à ton arrivée, mais plutôt de pouvoir prévoir une garde-robe adaptée.

Un coupe-vent imperméable en cas de pluie, une petite laine pour le soir s’il fait froid, un short en remplacement d’un pantalon s’il fait chaud… Bref, tu as compris le principe !


Astuce n° 4 : Anticipe et choisis tes tenues

Après t’être bien avisé de la météo à venir pendant ton séjour, tu n’as plus qu’à prévoir tes tenues en conséquence. Voici quelques principes de base :

● Choisis des vêtements dans lesquels tu te sens à l’aise. Évite ceux que tu as relégués tout en haut de ton placard depuis la nuit des temps, il y a certainement une bonne raison à cela.

● Mise sur les basiques qui vont avec tout. C’est l’assurance de porter tout ce que tu vas mettre dans ton bagage.

● Prévois moins de bas que de hauts.

● Emporte un maximum de vêtements écoresponsables (coton bio, lin, chanvre…). Si tu pars en randonnée, le mérinos est une super matière légère et respirante qui sèche vite et ne laisse pas d’odeur. Idéal à inclure dans un sac à dos écolo !

Le but de toute cette anticipation est de limiter au maximum les fameux “au cas où” qui le restent la plupart du temps.

Mes 10 astuces pour préparer ton sac à dos de façon écolo valise trop lourde


Astuce n° 5 : Pars dans un esprit minimaliste

C’est le corollaire des 2 points précédents et la réflexion ultime que tout voyageur responsable doit se faire lors de la préparation de son sac à dos. As-tu vraiment besoin de 3 ou 4 paires de chaussures, y compris des talons, sachant pertinemment que tu passeras ta journée à crapahuter en baskets ou en chaussures de rando, et que les seuls éléments que tu supporteras sur tes pieds le soir seront des tongs ?! 5 pulls alors que la météo annonce 25° en journée, est-ce vraiment utile ?!

Débarrasse-toi du superflu, reviens à l'essentiel. Un nombre suffisant de sous-vêtements par exemple, au cas où tu ne pourrais pas laver (le “au cas où” étant ici toléré). Définis ton essentiel par rapport au type de voyage envisagé. En un mot, voyage mieux, avec moins.


Astuce n° 6 : Adopte la technique du maki

Je vois dans tes yeux que le concept n’est pas très clair. Kézaco la technique du maki ?! Le principe consiste tout simplement à rouler ses affaires pour à la fois gagner de la place dans le sac à dos et éviter les plis sur les vêtements. Cela fonctionne aussi en superposant plusieurs pièces. Ainsi, pas besoin de repassage à l’arrivée (même si je doute que c’était dans tes intentions d’activités de voyage !

Mes 10 astuces pour préparer ton sac à dos de façon écolo technique du maki


Astuce n° 7 : Prévois une trousse de toilette zéro déchet

La trousse de toilette zéro déchet est un des piliers fondamentaux de tout voyage responsable.

Niveau contenant, abandonne l’idée du vanity lourd et encombrant. Une trousse de toilette en tissu est parfaitement adaptée à la situation. Elle est légère et peut se caler facilement dans n’importe quel coin de ton sac à dos. Autres alternatives si tu n’en as pas et que tu ne veux pas investir : un pochon en tissu DIY (cela suppose de savoir coudre un minimum), un sac à vrac, ou pourquoi pas une ancienne trousse scolaire.

Niveau contenu, privilégie les cosmétiques naturels, savon et shampoing solide en tête. Le savon pourra également te servir à laver ton linge en cas de besoin, sans polluer l’environnement. Utilise des mini contenants adaptés au voyage en avion pour tes crèmes ou ton déodorant solide, disponibles dans les commerces ou pharmacies. Tes anciens étuis à lentilles peuvent parfaitement faire l’affaire aussi !

Enfin, tu pourras glisser quelques lingettes en tissu dans ta trousse, pour te laver ou te démaquiller. Vas-y mollo sur le maquillage et les bijoux. Comme pour les vêtements concentre-toi sur les basiques.

En résumé, le zéro déchet appliqué à l’hygiène, c’est donc bon pour ton corps, la légèreté de ton sac à dos, et pour la planète !

Mes 10 astuces pour préparer ton sac à dos de façon écolo trousse de toilette zéro-déchet


Astuce n° 8 : Prépare une trousse à pharmacie zéro déchet

As-tu remarqué que c’est toujours lorsque tu as “oublié” ta trousse à pharmacie à la maison que tu en as forcément besoin pendant un voyage ?! Franchement, si tu ne prends que les remèdes de première nécessité, cela ne pèse pas bien lourd dans ton sac, alors autant ne pas faire l’impasse - simple principe de précaution.

Pour t’alléger, laisse les emballages d’origine à la maison. C'est toujours ça de gagné, enfin de poids de perdu !

Si tu es plutôt adepte des médecines douces et naturelles, voici les indispensables huiles essentielles à emporter :

● lavande : anti-inflammatoire et cicatrisante

● tea-tree : antiseptique, antivirale, antifongique

● menthe poivrée : antalgique, anti-vomitive

● citronnelle : anti moustiques


Astuce n° 9 : Emporte des tote bags

Faciles à plier et à caser dans les recoins de ton sac à dos, les tote bags prennent peu de place et sont multifonctions :

● sacs pour compartimenter les vêtements (on peut utiliser aussi des sacs de lavage)

● sac à linge sale

● sac à chaussures

● sac de courses

● sac de plage

● sac de shopping

Cette liste est bien évidemment non exhaustive.

Mes 10 astuces pour préparer ton sac à dos de façon écolo tote bag


Astuce n° 10 : Limite tes équipements électroniques

Sincèrement, aujourd’hui, à part un smartphone, quel autre équipement électronique as-tu besoin d’emporter en voyage ? Ce petit bijou de technologie va te rendre pleins de services, surtout si tu es à l’étranger : téléphoner bien sûr, prendre des photos de plus en plus qualitatives, t’orienter dans ces territoires inconnus, effectuer des réservations (restos, musées, hébergements…), payer, etc.

Évidemment, son utilisation intensive va nécessiter des recharges fréquentes, gourmandes en énergie. L’avantage, c’est que tu n’auras qu’un seul appareil à recharger. Si tu veux aller plus loin dans la démarche écologique, tu peux investir dans un chargeur solaire de la taille d'une feuille A4, pour pouvoir aisément le ranger dans ton sac..

Finalement, le meilleur conseil que je puisse te donner pour que tes équipements électroniques aient le moins d’impact possible sur la planète, c’est tout simplement de les utiliser le moins possible lorsque tu es en voyage. Tout est dit dans ces 4 derniers mots : “tu es en voyage”. Alors oublie ton portable, tes réseaux sociaux et tes emails, lève les yeux, et profite de la chance que tu as de pouvoir admirer ces beaux paysages !

Mes 10 astuces pour préparer ton sac à dos de façon écolo paysage

Alors, tu pars quand avec ton nouveau sac à dos écolo ?!

Si tu as aimé ce contenu, partage-le sur tes réseaux sociaux ! Si tu veux des conseils de destinations pour un voyage responsable, contacte-moi !

Tu as apprécié ces 10 astuces ? 

Rejoins ma newsletter bimensuelle pour recevoir régulièrement mes conseils. Toujours dans la thématique d'un voyage plus responsable ! 

Pour me rejoindre : rien de plus simple.

Inscris simplement ton adresse email ci-dessous :

Lire la suite
Tout ce que tu dois savoir pour un voyage en van écolo cover
Astuces voyage, Voyage responsable

Tout ce que tu dois (vraiment) savoir pour préparer un voyage en van écolo !

Faire un road trip en van, tu en rêves depuis longtemps mais tu hésites parce que tu trouves cela anti-écologique et peu confortable. J’ai une bonne nouvelle pour toi : le temps des vans polluants et manquant de confort est révolu !

Oubliées les images des vieux combis Volkswagen pétaradant leurs vieilles fumées, remplis de voyageurs babos en partance pour Katmandou vers une liberté infinie ! Aujourd’hui, le développement des nouvelles technologies et l’utilisation d’énergies plus propres ont permis aux vans de devenir plus respectueux de l’environnement. Les aménagements ont également gagné en efficacité et en confort pour te permettre d’être à ton aise et autonome en toutes circonstances.

Te voilà maintenant convaincu, mais comment t’y prendre ? Vaut-il mieux louer ou acheter ? Quelle destination choisir ? Comment t'équiper, et tout cela de manière eco-friendly ?! Pas de panique ! Voici mes conseils pour t’aider à organiser ton prochain road trip écolo en van.

Mes conseils pour t'aider à organiser ton road trip écolo en van


Comment bien préparer ton voyage écolo en van

Larguer les amarres du jour au lendemain sur un coup de tête, qui n’en a pas rêvé un jour ? Faire sa valise en 5 mn, charger le van et hop, c’est parti mon kiki pour des vacances de rêve à la one again, direction les Fjords de Norvège ou les plages de sable blanc de l’Algarve.  C’est souvent très romantique dans les films, mais dans la vraie vie, le mythe du voyage en van improvisé peut vite tourner au cauchemar. Un minimum de préparation s’impose !

Comment bien préparer ton voyage écolo en van gif humoristique


Choisis bien ton van

Si tu n’as pas 50.000 € sur ton compte épargne pour investir dans un van, si c’est ton premier voyage en mode road trip, ou si tu ne prévois de voyager de cette façon qu’occasionnellement, la location auprès d’une société spécialisée en vans aménagés peut se révéler la solution idéale. Elle permet en effet de bénéficier d’un véhicule récent, bien équipé et peu polluant. Les versions électriques sont carrément zéro carbone - mais encore peu usitées.

Si c'est ton rêve, tu peux aussi opter pour la location d’un vieux combi VW estampillé 70’s. Sache cependant que c’est franchement plus polluant, et mieux vaut avoir quelques notions de mécanique, juste au cas où…


Aménage ton van de façon écolo

Si tu te décides finalement à investir dans ton propre van, il existe différents moyens d’aménager celui-ci de façon écologique et durable :

  • adopter le mode DYI, et bricoler toi-même les étagères et rangements de ton véhicule à l’aide de matériaux recyclés, quelques tutos You Tube et pas mal d’huile de coude. Si tu n’es pas bricoleur, mieux vaut t’en remettre à un aménageur de van professionnel, et être très patient (jusqu’à 9 mois d’attente).
  • investir dans une batterie auxiliaire rechargeable pour gagner en autonomie
  • installer un panneau solaire sur le toit de ton van
  • acheter une douche solaire

P.S. Si tu souhaites aménager ton van de A à Z, de la manière la plus écologique possible, je te recommande vivement de visionner les vidéos de Céline d'Iznowgood. "Willy" (c'est le nom de son van), roule à l'huile de friture et a été entièrement retapé puis aménagé à l'aide de matériaux de récupération.  

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo


Prépare ton itinéraire

Prépare ton itinéraire principal, sans le graver dans le marbre pour autant pour pouvoir l’adapter en chemin au besoin. C’est la meilleure façon d’optimiser ton voyage et les kilomètres que tu vas parcourir entre 2 visites - et donc d’économiser du carburant, des sous, et des émissions de CO2 inutiles !

Cela va également te permettre de réserver les activités et visites incontournables que tu souhaites effectuer. Certains sites doivent être réservés des semaines, voire des mois à l’avance. Tu peux aussi t’en remettre au destin, mais il serait terriblement frustrant de rester à l’entrée de Lascaux lors d’un road trip en Dordogne si le destin n’est pas avec toi cette journée-là. Road trip et free style ne font pas toujours bon ménage !

Tu peux t’aider de quelques outils pour construire ton itinéraire comme Google Maps ou l’application Roadtrippers. Si tu as l’âme aventurière (ou nostalgique), tu peux aussi t’en remettre aux bonnes vieilles cartes routières de tes parents, à l’ancienne !

Préparer ton itinéraire voyage en van écolo


Equipe-toi de manière éco-responsable

Faire un road trip en van est une bonne façon de pratiquer le minimalisme. Voyager léger et confortable, ne prendre que l’essentiel et oublier le superflu, voilà le secret ! Tu peux toujours emporter 10 paires de chaussures différentes si vraiment cela te fait plaisir, mais il est à peu près sûr qu’à part tes baskets et tes tongues, toutes les autres passeront leur séjour au chaud au fond de ton sac !

Voici quelques conseils pratico-pratiques pour un équipement écoresponsable qui va à l’essentiel :

  • bannis le plastique et la vaisselle jetable
  • emporte avec toi tous les éléments qui te servent dans ta vie zéro déchet de tous les jours : sacs à vrac, gourdes, boîtes en verre, torchons, serviettes, bee wraps…
  • favorise les produits éco-responsables : savon naturel et shampoing solide pour l’hygiène; vinaigre blanc et liquide vaisselle écolo pour l’entretien
  • privilégie les sacs plutôt que les valises rigides, plus faciles à caser
  • prévois quelques boîtes de rangement pour les chaussures, la vaisselle…
  • emmène ton vélo pour les petites courses du quotidien et l’exploration des alentours
Voyage en van équipe-toi de manière éco-responsable

Enfin, n’oublie pas quelques indispensables :

  • des bouquins
  • tes câbles en tous genres, sauf si tu as décidé de profiter de ce voyage pour faire une digital detox - dans ce cas, double la dose de lecture !
  • une bonne et longue playlist pour les nombreuses heures de route en prévision (c’est un peu le concept du road trip !)


Comment voyager le plus écolo possible pendant ton road trip en van

Les valises sont bouclées, l’itinéraire est prêt. Si tu as suivi mes conseils précédents, le chargement du van a dû être une formalité (merci le minimalisme !). Il ne te reste plus qu’à entamer en toute sérénité ce road trip attendu depuis si longtemps… et profiter !


Sur la route

Rien ne sert de courir, il faut partir à point”. Telle la tortue du poème de Jean de La Fontaine, prends ton temps sur la route de ton road trip. Bannis les autoroutes bondées et hors de prix, et privilégie les nationales et les routes secondaires. Cela te permettra à la fois de profiter des paysages, et de consommer moins de carburant, surtout si tu pratiques l’éco-conduite en roulant de façon « souple ».

En d’autres termes, l’important n’est pas la destination, mais le voyage.


Les missions du quotidien

Faire un road trip implique de remplir au moins 3 missions quasi quotidiennes incontournables :

  • trouver de l’eau pour tes gourdes, car rappelle-toi, tu as banni de ton road trip écolo le plastique et donc les bouteilles d’eau jetables. Voici 2 sources sûres (c’est du vécu) : les fontaines de villages (bien vérifier que l’eau est potable), et les cimetières ! Évidemment, si ton road trip se déroule dans une région ou un pays où l’eau potable est rare, le plastique sera autorisé (tu es en vacances avant tout !).
  • faire des courses, à hauteur de ce que tu pourras stocker dans tes placards et ton mini frigo (si tu as la chance d’en avoir un)
  • trouver un spot pour dormir


Les spots pour dormir

Pendant la préparation de ton itinéraire, tu auras pris soin d’éviter au maximum les lieux de tourisme de masse. Si certains de ces sites sont incontournables, fais en sorte de ne pas y passer la nuit car il y a fort à parier que tu finiras dans une de ces horribles aires de camping-car impersonnelles et souvent bondées.

Lors d’un voyage en van, le graal reste quand même de trouver le spot où tu seras le plus seul au monde possible. Pour t’aider dans cette tâche, Park4night est une application interactive géniale qui te permet de trouver ces endroits incroyables, ou de proposer les tiens en partage ! Quels que soient les spots choisis, il convient évidemment de respecter la nature et de la laisser aussi propre que tu l’as trouvée en arrivant.

Enfin, un p’tit camping pourra être utile de temps en temps. Cela te permettra de vider les eaux usées, faire le plein d’eau propre et/ou d’électricité, laver 2 ou 3 vêtements, et accessoirement prendre une bonne douche chaude !

Selon la région et la période de ton road trip, un minimum de préparation ou d’anticipation peut s’avérer utile pour trouver les spots en pleine nature ou réserver les campings.

Spot calme pour dormir en van


Les gestes du quotidien

Écolo tu es dans ta vie de tous les jours, écolo tu resteras pendant ton voyage en van ! C’est tout d’abord une question de bon sens d’un point de vue énergétique. L’eau et l’électricité sont des denrées précieuses dans un van, elles doivent donc être gérées à l’économie si tu souhaites en profiter durablement.

C’est aussi du bon sens au quotidien. Il te suffit ni plus ni moins que de procéder comme à la maison : faire tes courses en vrac, éviter le suremballage, bannir les déchets inutiles (essuie tout papier, vaisselle jetable…), trier tes détritus. Bon, pour le compost, j’avoue que c’est un peu compliqué !

Enfin, âmes sensibles s'abstenir : prendre une douche de temps en temps, c’est écolo; la douche solaire, c’est écolo, mais moins que le lac (à condition d’utiliser un savon naturel); et faire pipi dans la nature, c’est écolo - sus aux wc chimiques !

Pour découvrir l'intégralité de mes astuces pour devenir un voyage plus responsable, je t'invite à lire cet article complet sur le sujet et à télécharger l'infographie qui se trouve à la fin. 


Les activités à faible impact

Parce que le road trip en van va quelque peu entacher ton bilan carbone, oublie les activités qui risquent de te le plomber encore plus type jet ski, vol en hélicoptère, ou motoneige. Cible plutôt les activités à faible impact, tout aussi proches de la nature : randonnée, vélo, via ferrata, canoë, balades en raquettes…

Si manger peut être considéré par certains comme une activité, alors je t’invite à la pratiquer  aussi souvent que possible en consommant local, en découvrant les producteurs du coin, ou encore en allant manger au resto !

Comme tu peux le constater à la lecture de cet article, faire un road trip en van est une façon assez écologique de voyager, à condition de bien se préparer et de suivre quelques règles de base simplement guidées par le bon sens.

Comment bien préparer ton voyage écolo en van gif humoristique fin

Alors, quelle sera la destination de ton prochain road trip écolo en van ? N’hésite pas à la partager en commentaire !

Et si tu as encore quelques hésitations, contacte-moi !

Si tu souhaites recevoir des conseils voyage régulièrement, rejoins la newsletter bimensuelle.  Je t'écrirais tous les 15 jours pour te donner d'autres astuces ! Tu bénéficieras de conseils exclusifs et bien d'autres avantages.

Pour t'inscrire, mentionne simplement ton prénom et adresse email ci-dessous :

Lire la suite
Voyager seul couverture 2
Astuces voyage

Tout ce que tu dois savoir pour (enfin) oser le voyage en solo !

Aujourd'hui, je te dévoile tout ce que tu dois savoir pour (enfin) oser le voyage en solo !

Voyager en solo n’est pas donné à tout le monde. Tu as pourtant suivi toutes les étapes de mon dernier article pour réaliser ton itinéraire idéal et créer ton voyage sur mesure. Tu as défini le pays, la durée, le budget, les hébergements, le parcours, les points d’intérêts. Tout est consigné dans un fichier excel aux petits oignons pour faire de ce séjour un moment inoubliable. 

Il y a cependant un hic. Un gros hoquet qui t’empêche de réaliser le voyage de tes rêves tout nouvellement confectionné sur mesure : tu es seul.e, et l’envie de partir solo comme de manger de la moutarde à la petite cuillère un soir de pluie. Tu es tel.le Lucky Luke, un.e poor lonesome cowboy.girl, sauf que tu n’as pas la chance d’avoir un compagnon comme Jolly Jumper à tes côtés pour partager ce beau projet.

Faut-il renoncer à tes désirs d’évasion pour autant ? Le célibat est-il une raison nécessaire et suffisante pour te priver d’un circuit inoubliable en Colombie ? As-tu vraiment envie d’accompagner tes couples d’amis voyageurs et de leur tenir la chandelle pendant leur périple romantique en Toscane ? D’ailleurs, à bien y réfléchir, méritent-ils que tu leur accordes tant d’importance ?!

Je vais tenter de te prouver le contraire et te donner quelques excellentes raisons de ne surtout pas renoncer à tes rêves d’évasion (solitude ou pas).

Fille ethnique qui voyage seule avec sa valise dans la nature

Les inconvénients réels du voyage en solitaire

Loin de moi l’idée de vouloir sous-estimer les désagréments liés aux séjours en solo. Ils sont bien réels et peuvent constituer des obstacles insurmontables, des barrières tellement hautes qu’elles empêchent le pigeon voyageur qui sommeille en toi de s’envoler ! 


Voici les principaux inconvénients du voyage en solitaire :

Inconvénient n° 1 : ça te coûte plus cher

Voyager seul revient plus cher, c’est un fait. C’est surtout au niveau de l’hébergement que la douloureuse se fait sentir. En effet, les hôtels demandent un supplément pour la réservation d’une chambre single. Le coût additionnel n’est pas négligeable puisqu’il est compris entre 10 et 50% du prix de base (pratique constatée dans les pays occidentaux). La justification de ce surcoût ? Le manque à gagner supposé de l’hôtelier dont les coûts d’entretien de la chambre sont fixes. Et puis une personne seule peut dormir dans un lit double mais ne mange pas pour 2 pour autant.

P.S. j'ai créé pour toi la méthodologie complète pour réduire tes frais en voyage dans un guide gratuit de 52 pages ! Si cela peut être utile, il te suffit d'insérer ton adresse mail et de cliquer sur le bouton rose ci-dessous.


Inconvénient n° 2 : tu ne parles pas la langue (ou l’envie de l’apprendre t’est passée !)

Dans le tiercé des langues les plus parlées dans le monde, on trouve le mandarin sur le podium, l’espagnol sur la 2nde marche et enfin l’anglais sur la 3ème. Dans ce contexte, si tu ne sais parler que le flamand ou le basque, cela peut être un gros frein à tes envies d’évasion. Tu risques de te retrouver face à des blocages inéluctables dans les situations les plus quotidiennes : demander ton chemin, t’orienter, prendre les transports en commun, faire des courses, payer le restaurant. Arriver à te faire comprendre peut se révéler compliqué dans ces cas-là.


Inconvénient n° 3 : tu n’as personne avec qui partager tes émotions

Ce beau projet sorti tout droit de ton cerveau, tu en es tellement fier.ère que tu voudrais le partager avec un ou des proche(s). Quelqu’un qui te connaît suffisamment pour comprendre ce que ce voyage représente pour toi, tout le cœur que tu as mis à l’ouvrage pour le concevoir. Tu souhaiterais tout simplement partager les émotions que ce voyage ne va pas manquer de susciter.


Inconvénient n° 4 : tu ne peux compter que sur toi-même

Les pépins, ça n’arrive pas qu’aux autres, tu en es bien conscient. Cela a le don d’arriver toujours au plus mauvais moment, dans les situations où tu t’y attends le moins. La perte ou le vol d’une carte bancaire, une réservation d’hébergement non prise en compte, un bagage perdu… En cas de problème, tu ne pourras compter que sur toi-même et être capable de te débrouiller seul.e. Je te laisse imaginer la scène si en plus tu cumules avec l’inconvénient n°2...

Si tu t’es reconnu au mieux dans l’un de ces cas de figure, au pire dans tous, la suite va t’intéresser. En effet, la conception de ce projet t’aura demandé mûre réflexion et aura mobilisé ton énergie pendant quelques weekends. Il serait donc dommage de le laisser rejoindre le cercle des rêves oubliés (rangé bien au chaud au fond de ton placard à droite). Les obstacles, c’est fait pour être surmonté !



Les excellentes raisons de ne surtout pas renoncer au voyage en solo

Ta conscience t’a bien torturé l’esprit avec ses arguments contre. Il est grand temps maintenant de rationaliser tout cela et de déconstruire certains des écueils sur les voyages en solo qui t’empêchent de me contacter là sur le champ !

Voyager seul illustration,

Un voyage sans compromis, 100% à ton image

On a tous fait l’expérience au moins une fois dans sa vie de partir en couple ou entre amis, et de revenir complètement fâchés, voire sérieusement séparés, avec l’impression d’être passé complètement à côté du séjour recherché. Parce qu’on était d’accord sur rien, à part sur la destination (et encore); parce qu’on n'avait pas du tout les mêmes envies, les mêmes attentes, encore moins le même rythme.

Voyager en solo, c’est zéro compromis sur la réalisation du voyage de tes rêves. C'est la possibilité de façonner un séjour qui te ressemble à 100% et correspond entièrement à tes attentes, puisque c’est toi qui l’auras conçu de A à Z (coucou, je suis là pour t’aider aussi au besoin !). Ainsi, aucun risque de te retrouver 15 jours à glander au bord d’une plage, si pleine de sable fin soit-elle, alors que ton rêve à toi est de passer ces 2 semaines à randonner en montagne.


Une ouverture d’esprit décuplée

Notre environnement nous façonne depuis toujours, qu’il soit culturel, naturel ou social. Il nous dicte notre façon de faire, de penser, d’agir, et nous incite à croire que c’est la seule possible.

Lorsqu’on voyage en couple ou entre amis, on a plutôt tendance à rester entre soi, avouons-le. On raconte les mêmes histoires, on partage les mêmes blagues, on mange comme à la maison. Tout cela a un côté rassurant.

Voyager solo, c’est au contraire sortir de sa zone de confort et développer son ouverture d’esprit, si tant est qu’on veuille bien ouvrir ses chakras ! On a personne avec qui ressasser le passé, alors on se tourne vers l’inconnu et l’avenir. On va vers les autres, on s’ouvre à leurs façons de vivre et de penser. On devient riche de leurs expériences en laissant les préjugés à la maison.


Des rencontres inattendues

C’est le corollaire du point précédent. Lorsqu’on est dans une ouverture d’esprit totale, on est plus enclin à laisser les inconnus de tous horizons et toutes nationalités venir à notre rencontre.

Dans ce contexte singulier de vacances, on laisse le quotidien derrière nous avec toutes ses injonctions (le boulot, le ménage, les courses, la vie à 100 à l’heure).  On est dans un climat de détente, relâché du ciboulot. C’est un terrain fortement propice au partage de moments inédits et forts en émotion dans un cadre idyllique, loin de la maison. Certains.es peuvent même aller jusqu’à nouer des amitiés sincères et durables - à cultiver par la suite.

Voyager en solo, c’est laisser entrer dans ton espace vital des personnes que tu n'aurais jamais côtoyées dans ta vie quotidienne, parce que trop différentes de toi : des jeunes, des vieux, des routards, des motards, des randonneurs, des baroudeurs, des bobos, des intellos… Et qui sait, parmi ces personnes se cachent peut-être tes amis pour la vie ?


L’introspection au bout du voyage

Voyager en solo, c’est également l’occasion d’une retrouvaille avec toi-même, pour faire le point sur ta vie, tes envies, tes aspirations.

Cela peut correspondre à un moment de ton existence où tu te sens perdu.e, en manque de repères, suite à un accident de la vie par exemple (perte d’un être cher, échec professionnel, séparation, etc). À l’inverse, tu vis peut-être dans une période euphorique de ta vie où tout va bien, presque trop, et où en tout cas tout va trop vite.

Dans un cas comme dans l’autre, un voyage introspectif te permettra de te recentrer sur tes aspirations profondes, de te (re)connaître toi-même, et même de te surprendre, seul.e avec ton sac à dos en rando au milieu des montagnes !


Et pourquoi pas la formule voyage organisé ?

Enfin, si tu as peu d’inclinaison pour l’introspection ou peur de te retrouver seul.e face à toi-même, le voyage organisé reste une bonne option pour te lancer à l’assaut du monde, même non accompagné. Au moins, tu es sûr.e de faire des rencontres, et de te retrouver avec des personnes ayant les mêmes aspirations de voyage que toi.

Voilà cher voyageur en solitaire ! J’espère avoir vaincu tes préjugés et surtout t’avoir convaincu de toute la richesse qu’un séjour en solo peut t’apporter, quelle qu’en soit la formule.

Tu as encore des doutes ou des questions ?  Contacte-moi !

Dans l’attente, je te laisse méditer cette merveilleuse citation de Paulo Coelho :

« Si vous trouvez l’aventure dangereuse, essayez la routine, elle est mortelle. »

Voyager seul couverture


Cet article t'a plu ? N'hésite pas à le partager autour de toi pour le faire connaître à un maximum de voyageurs 🙂 

Lire la suite
Couverture article : comment (enfin) réaliser TON itinéraire idéal
Astuces voyage

Comment (enfin) réaliser TON itinéraire idéal

Marre de suivre un itinéraire ultra touristique-classique-banal chaque fois que tu pars en voyage, tout ça parce que réaliser un parcours original te semble tout simplement IM-PO-SSIBLE ? Aujourd'hui, tu vas (enfin) découvrir comment réaliser TON itinéraire idéal !

Après avoir consacré des heuuuuuures à tes recherches (tout ça pour un résultat infructueux !), tu as fini par baisser les bras ? C’est vrai qu’il y a de quoi être dépité… au point de te rabattre une fois de plus sur un itinéraire de voyage on ne peut plus classique.

Mais rien à faire, tu restes déçu, insatisfait.

Faire comme tout le monde, c’est pas trop ton truc. Tu rêves d’originalité, de sortir des sentiers battus pour découvrir LE coin paradisiaque, l’Activité (avec un grand A) du siècle !  

Pourtant, tu n’arrives à rien.

C’est logique : c’est la phase la plus complexe et la plus décisive du voyage. C’est LÀ, que tu vas définir une directive concrète ! La création d’un itinéraire de voyage suscite donc de multiples interrogations : et si passer par là était une mauvaise idée ? Et s’il fallait plutôt privilégier cette étape à celle-ci ? Est-ce que tout va tenir ensemble ? Aurais-je le temps de faire ça ?

Bref, tous ces doutes te font peur, te repoussent, et finalement, tu abandonnes.

« Mais comment font les autres ??? » te dis-tu, bavant (crachant ?) sur les profils insta de l’un ou l’autre voyageur stylé.

Eh bien pour le découvrir, tu es au bon endroit ! Prépare-toi à découvrir un guide étape par étape pour parvenir à réaliser ton itinéraire IDÉAL comme un pro !

Prêt ? C’est parti !

Comment (enfin) réaliser TON itinéraire idéal 2


Etape 1 : écoute-toi !

Sache qu’il n’y a pas qu’UN SEUL itinéraire idéal. Pour être parfait, ton voyage doit avant tout être adapté à TOI. Chacun son rythme ! Si tu as envie de faire la sieste une journée entière, libre à toi ! Car, non, tu n’es pas obligé de rentabiliser chaque minute de ton voyage en faisant un truc génial.

Alors surtout, ne te mets pas la pression et arrêtes de penser que tu dois absolument visiter TOUS les « incontournables » pour que ton voyage soit parfait. Inutile de te forcer à aller voir le musée Van Gogh à Amsterdam si tu n’en as rien à cirer de la peinture.

Bref, l’avantage de créer soi-même son itinéraire, c’est de pouvoir le faire sur-mesure : fais ce qui te fait plaisir et pas ce que tu crois qu’il faut faire pour que ton voyage soit certifié « réussi ».


Etape 2 : ne surcharge pas ton itinéraire

Parfois, on veut tellement tout faire et tout voir qu’on a tendance à surcharger notre itinéraire (moi la première), sans se rendre compte que ça va être beaucoup trop dense à gérer sur place. Il faut alors se résoudre à faire des choix, à enlever des étapes ou à en raccourcir d’autres.

Crois-moi, mieux vaut éviter de devoir prendre ces décisions dans le feu de l’action. Déception garantie !

J’ai pris des années pour améliorer ce point-là. Je crois d’ailleurs que c’est seulement en devenant « travel planner » que j’ai remédié à ce gros défaut. Pas le choix ! Je préfère que mes voyageurs reviennent en un seul morceau !


Etape 3 : comprends pourquoi il faut créer un itinéraire !

Libre à toi de partir à l’aventure sans rien organiser et de laisser place à l’improvisation une fois à destination. Aucun problème si tu es quelqu’un de spontané et de débrouillard.

Mais si tu es ici, c’est probablement que tu as besoin de préparer un minimum ton séjour ! Pas convaincu ? Voilà 3 bonnes raisons de changer d’avis :

          1. Un gain de temps ET d’argent

Préparer son parcours à l’avance est un super moyen d’optimiser les déplacements. Premièrement, tu t’éviteras 2839 détours inutiles. De plus, tu sauras s’il est plus judicieux d’aller en premier dans tel ou tel endroit ; si une ville est beaucoup trop éloignée par rapport au reste de ton itinéraire etc.

Sans une certaine logique de parcours, tu risques de passer beaucoup de temps dans les moyens de transport, et c’est du temps en moins pour profiter des lieux que tu veux vraiment visiter !

          2. La certitude de ne rien manquer

Le risque, si tu ne prépares pas ton itinéraire à l’avance ou que tu ne t’es pas renseigné un minimum sur ce que tu souhaites voir ou faire, c’est de passer à côté de certains spots super cool et de le regretter ensuite.

          3. La certitude que ce que tu as prévu de faire est réalisable

Eh oui, tracer ton parcours te permettra surtout de voir si tout tient dans ton planning ! Ce serait dommage de rentrer déçu de ton voyage parce que tu n’as pas pu voir le Colisée alors que tu es passionné d’histoire antique !


Passons maintenant aux choses : comment créer ce fameux itinéraire ?


Etape 4 : liste tous les endroits que tu veux voir

C’est la partie la plus fun : dresser la liste de tout ce que tu as envie de voir et de faire dans ta destination. Écris tout ce qui te passe par la tête, sans ordre logique (pour l’instant !) ! Tu verras plus tard ce que tu peux retirer du parcours si besoin.

Et puis qui sait ? Peut-être que tout tiendra dans le planning !

Pour commencer, je te conseille de ne pas trop rentrer dans le détail des activités que tu souhaites faire à chaque endroit. Ne liste que les grandes étapes. Par exemple, note « visiter telle plage » mais pas « manger une glace sur la plage », « faire du cuistax (« rosalie » en France) sur la digue »,…


Etape 5 : définis un lieu de départ et un lieu d’arrivée

Maintenant que tu as ta liste, tu dois absolument déterminer ton lieu de départ et ton lieu d’arrivée.

Pour cela, deux options s’offrent à toi :

- La boucle : tu pars d’un point A et ton parcours se termine à ce même point A ;

- Le trajet à sens unique : tu pars d’un point A et tu arrives à un point B.

Comment (enfin) réaliser TON itinéraire idéal point A à un point B

Si tu pars moins d’un mois, je te conseille fortement d’opter pour la boucle. Pourquoi ? Parce que quand tu ne termines pas ton voyage là où tu l’as commencé, tu dépenses généralement plus d’argent dans les moyens de transport.

On a tendance à penser l’inverse : sans retour au point d’arrivée, on parcourt moins de kilomètres (et donc on se dit que c’est moins cher). Mais ce n’est pas comme ça que ça marche avec les billets d’avion !

Si tu prends un aller simple pour Cancun, puis un deuxième depuis Mexico pour retourner en Belgique, le prix des billets sera deux fois plus cher qu’un aller-retour. Mystérieux, penses-tu ! Pas tant que ça, en fait ! Je t’explique : si tu ne prends qu’un aller simple, la compagnie n’est pas certaine que tu prendras un vol retour, ce qui occasionne des pertes pour elle. Tu vas donc payer tes deux billets aller-simple au prix (très) fort. Toutefois, n’hésite pas à faire des simulations, car les exceptions existent ! 😉

Même problème si tu loues une voiture : si tu prends un véhicule à un point A et que tu le rends à un point B, tu auras ce qu’on appelle des « frais d’abandon » : il va falloir que l’agence rapatrie la voiture du point B au point A, à tes frais.

Mais si tu pars pour un long voyage, c’est différent. Tu vas potentiellement beaucoup bouger et il sera peut-être compliqué de retourner à ton point A. Dans ce cas, il faut donc bien le prendre en compte dans le calcul de ton budget !

Comment déterminer au mieux son point de départ ? Si tu prends l’avion, ce sera très probablement une ville car peu d’aéroports se situent en pleine nature. Choisis donc une ville à l’emplacement stratégique par rapport à ton itinéraire. Essaye de faire en sorte qu’elle ne soit pas trop éloignée de tes autres étapes. Par exemple, évite d’atterrir à Mexico si tu souhaites visiter le Yucatán. Opte pour Cancún et reporte ta visite de la capitale pour une prochaine fois.

P.S. Si tu souhaites apprendre tous les trucs et astuces pour économiser sur ton billet d'avion, je te dévoile ici 13 secrets des plus grands blogueurs pour dénicher le billet d'avion LE MOINS cher


Etape 6 : trace ton itinéraire

Maintenant que tu sais où tu vas démarrer et terminer ton aventure, il ne reste plus qu’à en tracer les étapes. Pas de chance, c’est le plus difficile !

Il va falloir faire correspondre tes désirs à la logique afin que ton itinéraire soit cohérent et réalisable !

Avant de te lancer, pose-toi cette question : tu préfères condenser un maximum d’étapes sur le temps qui t’est imparti ou bien faire moins d’étapes mais profiter plus longtemps de chaque lieu ?

Quoi qu’il en soit, tu ne dois avoir qu’un but en tête : faire en sorte que ton itinéraire intègre toutes tes étapes dans un ordre qui te plait tout en te faisant gagner un maximum de temps et d’argent.

Voici donc mes conseils pour t’aider à élaborer cet itinéraire idéal :

          1. Place tes différentes étapes sur une carte

Je te conseille d’opter pour une carte en ligne qui te permettra non seulement de modifier ton parcours autant de fois que tu le souhaites, mais aussi de calculer directement les distances entre chaque étape.

L’outil le plus simple reste Google My Maps. J’ai longtemps cherché une meilleure alternative mais je n’en ai pas trouvé (même en testant des solutions payantes !).

          2. Trace ton itinéraire idéal

Une fois que tu as toutes les étapes, essaye de déterminer quel sera l’itinéraire le plus pratique. Que tu traces une boucle ou un itinéraire en ligne droite, tu dois essayer de faire un minimum de détours.

Si tu pars en road trip, trace ton chemin en fonction des routes ; si tu te déplaces en moyens de transport, cherche l’itinéraire le plus court et vérifie bien les horaires !

Tu vas aussi devoir choisir entre 1) emprunter les itinéraires les plus rapides (dans ce cas, tu peux encore t’aider de Google Maps pour les calculer) et 2) emprunter les routes les plus belles (le rêve ultime en road trip !). Dans ce cas, à toi d’effectuer quelques recherches (sur des blogs de voyages par exemple) pour connaître les plus jolis chemins !  

Un conseil : essaye avant tout de tracer un itinéraire en fonction de tes envies. Par exemple, pour mon voyage en Australie, j’ai planifié de commencer par Perth et d’avancer dans le sens contraire des aiguilles d’une montre afin de suivre l’été !

Autre conseil : personnellement, je place les étapes un peu plus sportives au début du voyage, et je prévois des visites un peu plus calmes et détentes pour la fin. On a souvent plus d’énergie, de motivation et d’excitation les premiers jours !


Etape 7 : vérifie que tout tient dans le temps imparti

Maintenant que tu as réalisé ton tracé principal, il va falloir vérifier si ton itinéraire est réalisable ou non ! Petit moment stressant, je te l’accorde !

          1. Commence par estimer combien de temps tu vas passer dans chacune de tes étapes

Comment le déterminer ?

Pas de réponse miracle : c’est totalement subjectif !

Prends tout de même le temps de te renseigner sur chacune de tes étapes. Certaines d’entre elles nécessiteront certainement forcément plus de temps !

Dans un premier temps, oublie le nombre de jours durant lequel tu as prévu de partir. Définis simplement la durée qui te paraît idéale pour chacune de tes étapes. Voici un exemple pour le Mexique :

Etape 1 : Arrivée à Cancún –> 1 jour dans la ville et 1 nuit

Etape 2 : Playa del Carmen –> 1 jour

Etape 3 : Tulum –> 1 nuit, 1 jour et encore 1 nuit

Etape 4 : Réserve de Sian Ka’an –> 1 jour et 1 nuit

Etape 5 : Bacalar –> 1 jour et 1 nuit

Etape 6 : site de Calakmul –> 1 jour et 1 nuit dans une ville alentour

Etape 7 : Campeche –> 1 jour et 1nuit

Etape 8 : site archéologique d’Uxmal –> 1 jour

Etape 9 : Mérida –> 1 nuit et 1 jour

Etape 10 :  réserve de la biosphère de la Rio Lagartos –> 1 nuit et 1 jour

Nuit à Valladolid

Etape 11 : site archéologique de Chichen Itzá –> une matinée

Etape 12 : Valladolid –> une après-midi et encore 1 nuit

Etape 13 : Réserve de Punta Laguna –> 1 jour

Retour à Cancún –> 1 nuit


Une fois que tu as terminé de faire ce détail, calcule le nombre de jours que cela te prendrait. Ici, nous avons besoin de 12 jours.


          2. Réajuste si besoin

Maintenant, imaginons que tu as prévu de partir 15 jours. Tu aurais donc trois jours et deux nuits à combler !

C’est parfait ! Tu vas pouvoir ralentir la cadence sur place, faire plus d’arrêts sur les routes et profiter davantage des plages et des cénotes mexicains ! Tu peux par exemple prévoir une journée supplémentaire à Tulum, où il y a beaucoup de choses à voir, et deux autres journées en plus à Mérida pour visiter les cénotes et les réserves naturelles aux alentours.

Un conseil : si tu vois que tu as seulement un peu plus de temps que prévu (comme c’est le cas ici), évite de t’ajouter des étapes et préfère plutôt profiter plus longuement de celles que tu as déjà planifiées.

Et si mon itinéraire est trop dense ?

Dans le cas où tu n’aurais eu que 10 jours de vacances pour partir explorer le Yucatán, il aurait fallu enlever ou raccourcir des étapes. C’est tout de suite moins drôle et moins facile !

Si tu te retrouves dans ce cas, je te conseille de retirer des étapes plutôt que de les raccourcir. Autrement, tu risques de survoler tous les lieux par lesquels tu vas passer et de repartir systématiquement frustré. Mieux vaut profiter pleinement de chaque endroit, quitte à revenir une autre fois pour voir le reste. Je peux te dire que l’expérience n’en sera que 100 fois meilleure…


          3. Dernier conseil (et pas des moindres) : pense aux temps de trajets !

Les trajets pour te rendre d’un endroit à l’autre peuvent parfois te coûter un bon morceau de ta journée. Tu dois donc réfléchir à quel moment tu comptes rouler : en début ou en fin de journée ? Dans tous les cas, mieux vaut éviter de rouler de nuit, surtout dans des destinations où les routes sont fréquentées par les animaux, comme l’Australie !


Etape 8 : planifie ton itinéraire dans le détail. Ou pas !

Tu as maintenant les grandes lignes de ton itinéraire et tu sais que toutes les étapes tiennent dans ton parcours.

À présent, libre à toi de planifier ou non le détail de cet itinéraire.

Tu fais peut-être partie de ceux qui préfèrent voyager au jour le jour ? Aucun problème ! Et tout ce que j’explique dans cet article te sera malgré tout utile car une fois sur place, tu seras en mesure d’évaluer en gros ce que tu auras le temps de faire, même si tu ne suis pas forcément le schéma que tu as tracé au préalable.

Au contraire, tu préfères tout planifier ?

Tu peux aller plus loin dans le détail et commencer à organiser chacune de tes journées en ajoutant des lieux et des activités plus précis pour chacune de tes étapes. Ce n’est pas une obligation, mais ça peut être utile si tu veux être ultra organisé et ne pas avoir à réfléchir sur place à ce que tu vas faire et où tu vas aller manger !

Tout réserver ?

Tu peux réserver les hébergements, les restaurants et les activités que tu as repérés des mois à l’avance. Je te conseille surtout de procéder comme ça pour les voyages courts dans des destinations très touristiques. En plus d’éviter des pertes de temps inutiles à chercher et le stress des logements complets, tu feras du bien à ton portefeuille (eh oui, même en réservant à l’avance, les prix peuvent être exorbitants, et plus encore en haute saison !).

En revanche, si tu pars pour un long voyage, planifier toutes tes journées est très contraignant. Prévoir un itinéraire détaillé pour 8 jours c’est une chose, le faire pour un mois en est une autre : plus tu voyages longtemps, plus il y a de risques de rencontrer des imprévus sur ton parcours.

Ne rien réserver ?

Tu peux donc aussi choisir de t’arrêter au tracé global de ton itinéraire et de voyager au gré de tes envies. Mais comme je te l’ai dit, ce n’est pas toujours une bonne idée… En fonction de la destination et de la saison à laquelle tu pars, le nombre de touristes et les prix varient. Par exemple, si tu pars en plein été sur la Côte d’Azur, les touristes seront tellement nombreux et les prix tellement élevés que tu risques 1) de te retrouver sans logement et/ou 2) de ne plus avoir un rond en poche.

Mais si cela te semble faisable, je ne peux que t’y encourager ! Surtout si tu voyages plus de trois semaines. Voyager de cette façon te permet de profiter de chaque endroit autant que tu veux. Si tu as un coup de cœur pour une étape, tu peux sans problème choisir d’y rester plus longtemps, quitte à devoir raccourcir ou en enlever une autre. Tu seras moins stressé par le temps car tu n’auras pas de réservations en attente !

Comment (enfin) réaliser TON itinéraire idéal 1

Et voilà cher voyageur ! Maintenant, toi aussi, tu es CAPABLE de réaliser l’itinéraire de tes RÊVES !

Sans aucune expérience et sans aucun conseil, je t’accorde que c’est trèèèès compliqué. Comment ne pas s’emmêler les pinceaux ?

Mais avoue… Maintenant que tu as avec toi ce petit guide étape par étape, plus rien ne te fait peur, pas vrai ??

Tu verras, une fois lancé, tu vas très vite comprendre le mécanisme et tout ira comme sur des roulettes ! Plus jamais tu n’auras à te rabattre sur des itinéraires ultra-touristiques, et ça, ça fait plaisir !!! Quelle satisfaction d’avoir créé son voyage sur-mesure, tu verras!

Bien sûr, s’il te reste des questions, je suis 100% disponible pour t’aider ! N’hésite pas !

À très bientôt,

Julie


P.S. Si cet article t'a été utile, j'ai créé pour toi la méthodologie complète pour réduire tes frais en voyage dans un guide gratuit de 52 pages !

Lire la suite
Dénicher LE billet d’avion le moins cher
Astuces voyage

13 secrets des plus grands blogueurs pour dénicher LE billet d’avion le moins cher

Réaliser le voyage de ses rêves… c’est bien beau, mais ça l’est encore plus quand on ne laisse pas la moitié de ses économies dans son billet d’avion !

On fait souvent du prix des vols une fatalité : « c’est normal à cette période de l’année… », « les billets pour New-York coûtent cher, c’est bien connu… », …

Eh bien non, pas forcément !

Mais entendons-nous bien : il est CLAIR que si vous vous arrêtez au premier prix sur lequel vous tombez, la note sera effectivement salée.

Et même quand on fait vraiment l’effort de chercher et qu’on y passe des heures, on se retrouve souvent penaud. Pourquoi ? Parce qu’on ne sait pas et comment chercher. Et c’est normal : déjouer les pièges du web, ça s’apprend.

Mais ça, c’est fini ! Aujourd’hui, je vous révèle les 13 secrets des PLUS GRANDS BLOGUEURS pour dégoter LE billet d’avion le moins cher !

Ben oui, comment croyez-vous qu’ils voyagent autant ? Ils ont forcément des astuces… !

À la fin de cet article, vous aurez vous aussi toutes les cartes en main pour trouver des billets d’avion 20 à 30% moins chers que le premier prix qu’on trouve sur le web.

C’est parti !


Secret n°1 : maîtriser l'art (pas du tout) savant de la comparaison

Eh oui, la BASE de l’achat d’un billet d’avion, c’est d’utiliser un comparateur de vol. J’ai découvert cette première astuce sur le célèbre blog « Votre Tour Du Monde », de Bruno Maltor. L’article s’intitule « Comment payer moins cher son billet d'avion », et a été rédigé par Emmanuelle.

La comparaison de vols est LA méthode ultra classique pour économiser un max sur le prix de son billet d’avion. Mais un comparateur n’est pas l’autre ! L’astuce, c’est de bien le choisir.

La première étape, c’est de FUIR COMME LA PESTE certains sites qui ne sont tout bonnement PAS FIABLES : ceux qui appartiennent à des agences de voyages ou à des compagnies aériennes et qui mettent les vols de leur compagnie en avant ! C’est le cas de Opodo, Go Voyages, Edreams ou Bravofly.
Gardez en tête que les comparateurs les plus fiables et objectifs sont ceux qui se maintiennent grâce à la publicité, et pas via le taux de réservations !

Ensuite, parmi les comparateurs fiables, il s’agira de choisir les plus perfectionnés car c’est ÇA qui fait la différence ! Plus vous avez d’options, plus avez de chance de trouver LE billet le moins cher.

" Tous [les comparateurs de vols] ne se valent pas : certains appartiennent à des compagnies aériennes et ont donc tout intérêt à mettre en avant certains vols. Nos petits préférés ? Skyscanner et Kayak. Ici, pas besoin d'indiquer un pays ou une date de voyage précise, idéal quand on est prêt à se laisser porter... Et qu'on a envie de voyager sans trop dépenser. Sur Skyscanner, on peut choisir un mois pour voir le prix des billets pour chaque jour et décider de repartir le dimanche au lieu du samedi pour 100 euros de différence par exemple. "  

Tout comme Emmanuelle, j’utilise principalement Skyscanner : fiable, complet et super simple à utiliser !

Sur Skyscanner, vous pouvez par exemple sélectionner les options « vol avec ou sans escale », « dates flexibles », « évolution du prix en fonction de la période », etc. Il vous permet aussi de sélectionner un mois entier au lieu d’une date précise afin de voir quelles dates sont les moins chères. Ça vaut vraiment la peine d’y jeter un œil : les prix varient parfois du simple au double !

D’autres comparateurs de vols proposent ces options. Alors pourquoi Skyscanner ? Pour son petit plus qu’on ADORE :  

" Vous pouvez choisir « Toutes les destinations » afin que le comparateur vous trouve les destinations au meilleur prix sur vos dates. C’est parfait si vous ne savez pas où partir et que vous voulez être surpris. "

Notez également que beaucoup de comparateurs ne prennent pas en compte les compagnies low-cost !

Une fois que vous avez trouvé le vol idéal, dirigez-vous directement sur le site de la compagnie aérienne pour réserver votre billet. Je ne vous conseille pas de réserver directement sur le comparateur car les sites référés ne sont pas toujours fiables…  

Une fois sur le site de la compagnie aérienne, il se peut que le tarif soit plus élevé… Si la différence est trop importante, cherchez un autre vol !


Découvrez l'article complet en cliquant ici. 


Secret n°2 : les énormes aéroports ultra connus, c’est has been

Passons maintenant à une recommandation de Ryan, sur son blog « Le Sac à Dos ». L’article s’intitule « Trouver un billet d’avion moins cher : 7 astuces pour trouver les meilleures offres ».

Malgré vos fouilles archéologiques sur Skyscanner, votre vol coûte toujours trop cher ? Pensez à décoller ou atterrir depuis un aéroport secondaire : plus petit et à l’extérieur de votre ville de départ et/ou de destination, vous y retrouverez la plupart des compagnies low-cost car les frais d’atterrissage y sont moins chers.

" En France, les vols Ryanair partent de l’aéroport de Beauvais au lieu de Charles de Gaulles ou Orly. A Los Angeles, vous pouvez vous rendre à Long Beach, un aéroport proche de la ville, au lieu d’atterrir à LAX (….) A Kuala Lumpur, Air Asia, la plus grosse compagnie aérienne à bas prix de l’Asie, vole vers un aéroport très éloigné de l’aéroport principal (et propose des trajets en bus pas cher vers la ville !). "

Le seul « hic », c’est que qui dit compagnie low-cost dit service très limité : si vous payez peu, il y a bien une raison ! Cela dit, vu les économies que vous pouvez en tirer, ça vaut le coup !

Renseignez-vous également sur le trajet aéroport – destination finale ! Ce serait quand même bête de perdre ce que vous avez gagné sur votre vol dans le taxi qui vous mènera de l’aéroport à votre logement… ! Alors n’oubliez pas les transports en commun qui peuvent aussi vous faire faire de sérieuses économies !

Je vous invite à découvrir son article en cliquant ici.


Secret n°3 : « tout vient à point à qui sait attendre »

Place à une belle explication dénichée sur le blog « One Day One Travel » de Franck et Richard pour savoir quand acheter ses billets d’avion. L’article s’intitule « Les meilleures astuces pour trouver un billet d’avion moins cher sur internet ».

Selon moi, le meilleur moment pour acheter son billet d'avion, c’est soit 3 mois avant de partir, soit à la dernière minute. Mais à choisir, je vous recommande quand même de réserver votre vol au minimum 3 mois à l’avance. D’expérience, « le plus tôt, c’est le mieux », ou tant qu’on est dans les expressions, « un ‘tiens’ vaut mieux que deux ‘tu l’auras’ » !

Voilà ce qu’en disent Franck et Richard, qui font une distinction entre les vols intérieurs ou courts et les vols long courrier.

" Savoir acheter et réserver son vol au bon moment est aussi important pour économiser de l’argent sur son prochain voyage. Forts de nos expériences de voyageurs, nous avons trouvé que :

  • Pour les vols intérieurs, ou les vols courts dans les pays proches, il faut réserver son vol environ 7 à 8 semaines à l’avance. Cela peut varier un peu en fonction de la destination et des périodes de haute saison touristique.

  • Pour les vols long courrier, il faut réserver son vol entre 3 semaines et 5 mois. Ne réservez ni trop tôt (plus de 5 mois à l’avance) ni trop tard (moins de 2 semaines) pour profiter des meilleurs tarifs. "

Mais on peut aller encore plus loin dans le choix du meilleur moment pour réserver…

J’ai remarqué que le mois de janvier est généralement le mois le moins cher pour partir en voyage, quelle que soit votre destination ! Des études ont même révélé que le mardi et le mercredi seraient les jours de prédilection pour tomber sur les vols au prix le plus bas (les prix affichés le vendredi, samedi et dimanche seraient plus élevés).

" Les compagnies aériennes mettent en effet généralement à jour leurs bases de réservations dans la nuit du mardi au mercredi. Elles remettent alors immédiatement sur le marché des billets moins chers issus de réservations annulées. Les billets invendus pendant le week-end peuvent également se retrouver sur le marché avec des prix très attractifs. "

Et si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté, réservez votre billet très tôt le matin, vers 5h, et évitez d’acheter un vol en soirée (de 19h à 22h) !

" Mais attention car cette heure-là justement n’est pas fixe car les sites peuvent aussi bien être hébergés aux États-Unis comme en Thaïlande et il y a donc forcément des histoires de décalages horaires. "

Découvrez leur bel article ici. 


Secret n°4 : « chaque chose en son temps »

Dans son article « Comment trouver un vol moins cher (ou les 9 règles pour payer son billet d’avion moins cher) », Fabrice du blog « Instinct-Voyageur » nous explique à quelle période de l’année voyager pour payer moins cher son billet.

" Évitez les week-ends pour un vol : préférez un départ/arrivée en semaine et non un vendredi ou un lundi. L’avion est moins rempli en semaine, logique ! Voyagez dans les périodes creuses : l'été est souvent la période la plus chère pour acheter un billet d’avion. Et janvier-février apparaît au contraire comme la période la plus propice. Idem si vous évitez les jours fériés et les périodes de vacances scolaires. Et en plus vous éviterez la foule ! "

Je trouve également sa petite astuce sur les assurances super utile !

" Les assurances pour les vols sont systématiquement proposées. Sur certains sites, les cases sont même parfois pré-cochées ! Demandez-vous si vous en avez vraiment besoin, et si vous n’êtes pas couvert par une autre assurance comme votre carte bancaire … Dans 99% des cas, vous n’en avez pas besoin. Et puis, les clauses sont trop limitantes. Non, si vous souhaitez une vraie assurance annulation voyage, je vous conseille d’en prendre une dédiée. "

Personnellement, je vous conseille l’assurance GO by AVA, qui met d’ailleurs en place des conditions particulières liées au coronavirus ! N’hésitez pas à me contacter si vous voulez davantage d’informations ! Vous bénéficierez en plus d'une réduction grâce à mon code promo. 

Retrouvez l’article complet de Fabrice ici.


Secret n°5 : « connais ton ennemi mieux que toi-même »

Adeline, du célèbre blog « On Met Les Voiles », nous livre une astuce beaucoup moins connue pour déjouer les stratégies des compagnies aériennes. L’article se nomme « Comment trouver des billets d’avion pas chers ».

Lisez bien (elle est fun en plus !) :

" Autre point important que tu dois noter petit padawan de la radine attitude du billet d’avion : les compagnies régulières (de type Air France, British Airways, Lufthansa…) et les low-cost (easyJet, Ryan Air, Vueling…) ne pratiquent pas les mêmes politiques tarifaires : les compagnies low-cost augmentent leurs prix de façon constante à mesure que la date de départ approche, tandis que les compagnies régulières pratiquent ce qu’on appelle dans le jargon le Yield Management. Ça en fait des mots compliqués, mais en fait il s’agit tout simplement d’un modèle économique qui engendre une fluctuation des prix en fonction du remplissage de l’avion. On s’est fait avoir une fois à ce sujet, on voulait rejoindre Rio de Janeiro aux chutes d’Iguazu via une compagnie low-cost mais on a trop attendu, le prix a triplé en 3 mois ! Trop cher finalement, on a oublié le projet ! (C’est triste, les histoires de voyageurs, hein) ! "

N’hésitez pas à lire l’article complet ici.


Secret n°6 : laisser venir la bonne affaire à soi sans remuer le petit doigt

Sylvain du blog « Les Deux Pieds Dehors », nous propose un super « truc » dans son article « Les meilleures astuces pour trouver des billets d’avion pas chers » : créer des « alertes » !

Eh oui, il est possible de créer des alertes qui vous avertissent par mail des baisses de tarifs pour le trajet tant convoité ! Si vous êtes flexible, le mieux est de créer des alertes en testant différentes dates et différents aéroports pour dénicher LE meilleur prix.

Mais soyez réactifs : ces vols partent comme des petits pains ! Dès que quelques sièges à ce prix ont été réservés, le prix repart à la hausse car l’avion se remplit…

" C’est aussi une technique qui fonctionne particulièrement bien quand vous cherchez des vols sur les comparateurs de prix. Ces derniers permettent de s’inscrire à des alertes par email pour suivre l’évolution du prix du billet souhaité (Skyscanner et d’autres le font très bien). De cette manière vous êtes informé du prix actuel et des éventuels changements ! "

Jetez un coup d’œil à son article en entier avant de passer au point suivant.


Secret n°7 : faire le tri parmi les conseils de Monsieur Tout-Le-Monde

Dans « Comment trouver un billet d’avion pas cher », Sylvain du blog « Tour du Mondiste » a réalisé un article ultra complet sur les « fausses bonnes techniques » pour trouver un billet pas cher. Fini de perdre son temps avec des « astuces » inutiles !


           a) Supprimer les cookies et naviguer en mode privé

Vous l’avez déjà entendue celle-là, n’est-ce pas ? Lisez un peu ce que Sylvain nous en dit…

" Les sites de voyage utiliseraient votre adresse IP ou les cookies de votre navigateur pour vous suivre à la trace et augmenter le prix des billets à chaque fois que revenez sur leur site. L’idée serait de générer chez vous un sentiment d’urgence qui vous pousserait à acheter le billet tout de suite, avant que son prix n’augmente encore.

Nous pensons qu’il n’est pas vraiment utile de vous embêter avec ça, surtout si vous utilisez des comparateurs de prix, pour plusieurs raisons :

  • À notre connaissance, ces pratiques n’ont jamais été prouvées par une étude sérieuse.  

  • C’est techniquement impossible pour les comparateurs de vols. Ils ne font qu’afficher les prix transmis par les sites de voyagistes. Ils ne peuvent pas décider d’augmenter eux-mêmes le prix quand vous revenez sur leur site, sinon quand vous cliquez et que vous arrivez sur le site du voyagiste, le prix ne correspondrait plus.      

  • À la rigueur, il serait possible que les sites de certains voyagistes augmentent leurs frais cachés à chacune de vos visites depuis un comparateur. Mais dans ce cas, il vous suffirait de revenir au comparateur et de cliquer sur un autre voyagiste pour le même vol, donc ils perdraient beaucoup de ventes.            

  • Les sites de voyagistes ou des compagnies pourraient augmenter les prix à chaque recherche que vous faites directement sur leur site, mais, de toute façon, on vous conseille toujours de passer par un comparateur de prix.      

  • Plusieurs comparateurs indiquent noir sur blanc qu’ils n’augmentent pas les prix lors de visites consécutives sur leur site : Momondo, Aglofly, Skyscanner… Alors, peut-être qu’ils mentent, mais nous, on ne pense pas.    

  • Avez-vous déjà acheté un billet dont vous venez de voir le prix augmenter ? Quand on achète un billet d’avion, on est en permanence à un clic d’un autre site sur lequel vérifier le prix du vol qu’on est en train de regarder. Si les sites augmentaient artificiellement les prix à chaque visite, vous iriez sans doute juste acheter votre billet sur un autre site.          

  • Supprimer les cookies et utiliser la navigation privée n’empêche pas l’IP tracking. Pour l’éviter, il faudrait utiliser un VPN ou un autre appareil sur une connexion différente : sur votre mobile sans WiFi, au travail ou chez un proche.

  • Une enquête conjointe de la CNIL et de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) sur les pratiques de modulation des prix de vente menée en 2014 n’a constaté aucune modulation des tarifs affichés en fonction de l’adresse IP de l’internaute.      

  • Une autre étude de l’INRIA et de l’université de Louvain en Belgique, menée sur les sites de 25 compagnies aériennes avec des profils utilisateurs et depuis des localisations différentes n’a identifié aucune discrimination systématique par les prix.    

  • Le tracking par IP ou par cookies serait semblable à une “concurrence déloyale et illicite” et constituerait une entrave au code de la consommation qui protège les consommateurs et les données personnelles. Le code de la consommation interdit “toute pratique commerciale susceptible d’altérer le comportement du consommateur”.

Il faut bien garder en tête que beaucoup d’autres facteurs peuvent faire augmenter les prix entre deux visites sur un site.

Pour résumer, nous sommes quasiment certains que les comparateurs de vols (Momondo, Kayak, Algofly…) n’augmentent pas leurs prix via l’IP tracking ou les cookies. Nous ne sommes pas sûrs à 100 % pour les recherches faites directement sur les sites des voyagistes (Opodo, Go Voyages, Expedia…) ou sur les sites des compagnies, mais on pense que la grande majorité d’entre eux ne le font pas, surtout en Europe. Personnellement, on se contente donc d’utiliser les comparateurs de vols et on ne s’embête pas à nettoyer nos cookies et à changer d’adresse IP. "

      

           b) Acheter certains jours de la semaine ou à certaines heures

Oui, je sais, c’est l’astuce que je vous ai donnée pas plus tard qu’au « Secret n°3 »… Ça va, pas besoin de me le rappeler !

Pour ma défense, Sylvain ne dit pas que c’est une astuce FAUSSE, mais bien que ce n’est pas la plus utile… Ben quoi, j’essaye de mettre toutes les chances de mon côté !

Mais bon, je reconnais que se lever aux aurores pour gagner 3€, c’est pas ce qu’on appellerait l’économie du siècle…

Voyons ce que nous en dit Sylvain :

" En lisant la presse ou en regardant les infos, vous êtes sûrement déjà tombé sur des titres accrocheurs du genre “Le meilleur moment pour acheter un billet d’avion ? Le mardi à trois heures du matin”.

Alors, oui, il est vrai que chaque site qui mène une enquête sur le sujet trouvera forcément un jour et une heure moins chère que les autres.

Mais la différence de prix est minime (quelques euros maximum), sans doute même trop faible pour être statistiquement significative (ça ne fait pas cliquer de parler de différence significative) et deuxièmement, il ne s’agit que d’une moyenne, le meilleur jour et la meilleure heure de réservation varient pour chaque vol.

Bonne nouvelle donc : vous n’aurez pas besoin de vous lever au milieu de la nuit pour acheter un billet d’avion pas cher ! "

Dénicher le billet d'avion le moins cher: Meilleur moment pour acheter un billet d'avion


           c) Acheter des billets de dernière minute

" On entend parfois dire qu’il faut attendre la dernière minute pour obtenir un vol à bon prix. Un site de voyagiste en a même fait sa marque : Lastminute.com. Mais aujourd’hui, les compagnies sont devenues expertes en “yield management”. Il est donc très rare de pouvoir obtenir de bons prix à la dernière minute.

Comme ce sont souvent les professionnels, moins sensibles au prix, qui réservent à la dernière minute, les compagnies vendent généralement ces places très chères. Il n’est, bien sûr, pas impossible de trouver une super offre de dernière minute dans certains cas particuliers, mais il est risqué de trop attendre pour acheter votre billet. "

Comme je vous l’ai dit plus haut, vous pouvez trouver une super offre en dernière minute, mais c’est plutôt rare (comme quoi, je ne dis pas que des bêtises !). La plupart du temps, plus vous attendez, plus vous vous exposez à un tarif exorbitant… Généralement, à partir de J-20, les prix augmentent énormément !

Je vous conseille néanmoins l’application « Hopper », qui prédit les prix et vous aide à réserver vos vols au meilleur moment (parfois même à une ou deux semaines du départ !).  Même si elle n’est pas infaillible, je trouve qu’elle fonctionne plutôt bien !


           d) Profiter des tarifs étudiants

" Certains voyagistes anglo-saxons, comme STA Travel, ont adopté un positionnement marketing à destination des étudiants. Ils prétendent pouvoir vous faire bénéficier de “tarifs étudiants” sur leur site web ou en agence. Mais dans la pratique, leurs prix sont souvent plus élevés que ceux que vous pourrez trouver sur les comparateurs de vols. "


           e) Acheter ses billets aux enchères

Celle-là, je vous avoue qu’on ne me l’avait jamais faite !

" Jusqu’à il y a quelques années, Nouvelles Frontières proposait des billets d’avion aux enchères. Mais depuis qu’ils ont été absorbés par Tui, cette offre n’existe plus. Si cette pratique est assez répandue dans d’autres pays, comme les Pays-Bas ou l’Espagne, nous ne connaissons pas aujourd’hui de site français qui permet d’acheter des billets d’avion aux enchères. "

Pour en savoir plus, voici la source de cet article hyper intéressant.


Je viens de vous renseigner 7 articles de qualité qui nous ont livré des astuces indispensables pour trouver le meilleur billet d’avion du marché.

Mais rappelez-vous, mon article parle des secrets « des plus grands blogueurs »…

Du coup… Place à Un Brin de Voyage (ça fait du bien de s’auto-complimenter parfois, non ?) !

À mon tour de vous faire part de mes secrets !


Secret n°8 : plus de flexibilité pour plus de choix

En réalité, c’est le premier conseil que je donne à tout le monde. Si vous êtes un voyageur dans l’âme, vous avez certes des envies de voyages particulières, des coins du monde et des noms qui vous font rêver… mais vous êtes sans doute aussi ouvert à d’autres destinations et curieux de toutes les découvrir ! Alors finalement, voilà mon conseil, on ne peut plus simple pour économiser un max : voyagez là où le billet d’avion ne coûte pas cher !

Pour se faire, utilisez les comparateurs de vols en ligne qui permettent de ne pas fixer la destination ! Sans plus tarder, mes 3 préférés :

  • Skyscanner et sa fonction « partout »

Je vous l’ai déjà dit, Skyscanner est mon petit chouchou. Il a le gros avantage de permettre de laisser « vide » la case « destination ». De cette manière, vous n’avez qu’à fixer votre aéroport de départ pour avoir tous les prix par destination !

  • Kayak, et sa fonction « monde entier »

C’est le même système qu’avec Skyscanner : vous entrez votre lieu de départ et choisissez « monde entier » en destination.

Ce qui est chouette aussi avec Kayak, c’est sa fonction « explore » qui vous permet de visualiser sur une carte, au départ d’une ville, les destinations possibles et à quels prix !

  • Momondo et sa fonction « emmenez-moi n’importe où »

Bon, vous l’aurez compris, c’est le même système que chez Kayak ou Skyscanner.

Alors si vous êtes flexible sur la destination, servez-vous de ces comparateurs de vols (pas des autres) pour trouver les destinations les moins chères !

Pour les dates, c’est la même chose : FLE-XI-BI-LI-TÉ !

Parfois, il suffit de décaler ses vacances de quelques semaines pour avoir des tarifs vraiment intéressants. En d’autres termes, pensez à voyager hors-saison ! Non seulement vous vous éviterez tous les kékés des plages de juillet-août, mais vous ferez aussi de belles économies !

Et si vous n’avez pas la possibilité de partir hors-saison, sachez que même quelques jours de flexibilité peuvent faire une différence ÉNORME.

Jetez un œil à cet exemple, on ne peut plus parlant…

Un billet d'avion retour Bangkok-Paris en vol direct avec Air France :

- Prix le mardi 15/12 : 504 euros

- Prix le mercredi 16/12 : 951 euros

Bangkok Paris

Ici, avec une flexibilité d'1 jour seulement, on économise 447 euros. C’est pas rien quand même…

La différence est rarement aussi importante, mais ça vaut quand même le coup de comparer !


Secret n°9 : des gros hubs pour des gros bénéfices

Non, vous ne rêvez pas : cette astuce est bien l’exact opposé du « Secret n°2 ». L’achat du billet d’avion n’est effectivement pas une science exacte : dans certains cas, il faut privilégier les petits aéroports paumés ; et dans d’autres, les gros « hubs ». Le but ici est de vous donner un maximum d’outils pour affronter la jungle du web : maintenant que vous connaissez les deux astuces, à vous de voir laquelle est la plus avantageuse dans votre cas précis !

Quoi qu’il en soit, il reste que le prix des billets d’avion dépend largement de la densité de la concurrence sur la ligne aérienne. Si elle n’est exploitée que par une seule compagnie, celle-ci sera libre de fixer des prix élevés, sans se tracasser pour le remplissage de ses avions. Si au contraire, plusieurs compagnies se battent pour séduire les voyageurs, les tarifs seront revus à la baisse.

Pensez donc à checker les “hubs”, ces immenses aéroports internationaux par lesquels transitent la plupart des vols des grandes compagnies. Vous retrouverez une liste reprenant les grands hubs sur internet. Parmi les principaux, on retrouve Atlanta, Pékin, Dubaï, Tokyo et Los Angeles.

Je vous donne un exemple sans plus attendre ! Imaginez que vous souhaitez vous rendre à Cancun depuis Bruxelles. Vous trouverez soit un vol avec une escale, soit un vol direct. Les prix pour cette ligne directe sont plutôt intéressants et le vol est rapide.

Mais si vous souhaitez économiser un maximum, je vous conseille de jeter un œil sur le vol Bruxelles-Mexico puis de regarder le vol interne Mexico – Cancun (entre 40 et 50€).

En additionnant le tarif du vol Bruxelles-Mexico + Mexico-Cancun, vous gagnez près de 100€. Le vol sera plus long, mais vous pourrez utiliser vos 100€ économisés pour faire tout un tas de choses sur place ! Je pense que les quelques heures « d’inconfort » en plus en valent largement la peine.

Gardez simplement à l’esprit que si vous passez par un hub (et donc, que vous achetez vos billets séparément) il vous faudra récupérer vos bagages, sortir de l’aéroport pour re-rentrer et vous enregistrer à nouveau sur votre prochain vol. Tant qu’à faire, pourquoi ne pas rester une ou deux nuits à Mexico et découvrir ce que la capitale a à vous offrir ?

Faites la recherche, vous aussi ! Renseignez-vous sur les hubs proches de votre destination et faites le test ! Ça ne vous prendra que quelques minutes et vous pourrez peut-être y gagner beaucoup !


Secret n°10 : ne pas accorder sa confiance à n’importe qui

Ça, c’est ma petite manie : je n'achète JAMAIS mes billets d'avion via un moteur de recherche car en cas de problème, on ne sait jamais trop vers qui se tourner…

Les moteurs de recherche m'aident à étudier / comparer les prix / faire des simulations..., mais une fois que j’ai trouvé mon bonheur, c'est directement sur le site de la compagnie en question que j'achète mon billet d'avion.

Faire ça, c’est aussi s’éviter des tas d’arnaques potentielles qu’on trouve pas mal sur les sites. Je vous suggère de fuir Bravo Flights, Opodo ou encore Edreams (qui comme je vous l'ai dis en début d'article, ne sont pas des comparateurs en réalité). Je ne dis pas que ce sont des arnaques à proprement parler, mais énormément de voyageurs ont rencontré des problèmes en passant par eux. J’ai testé une seule fois pour un voyage à New York avec ma meilleure amie… Résultat : on n’y est pas allées et on a perdu une nuit entière à essayer de régler le problème… Bref, on passe son chemin!


Secret n°11 : on n’est jamais mieux servi que par soi-même

Cette astuce-là va peut-être moins vous plaire parce qu’elle requiert un peu plus d’énergie et de temps… Mais bon, il faut savoir ce qu’on veut ! En plus, elle est hyper efficace : chaque fois que je l’ai utilisée, elle m’a vraiment fait gagner beaucoup d’argent !

Ce que je vous propose ici, c’est de combiner vous-mêmes vos vols pour atteindre la destination finale.

Le principe est assez simple, je vous rassure : il s'agit 1) de regarder quelles sont les principales escales opérées par les compagnies aériennes pour la destination souhaitée et 2) faire soi-même sa propre combinaison de vols (en n'oubliant pas de prévoir un délai raisonnable pour le changement de vols et en veillant à ne pas changer d’aéroport) !

Laissez-moi vous expliquer ça étape par étape avec un exemple concret : un vol aller simple Paris-Katmandou (Népal) avec escale (il n'existe pas de vol direct) pour le 10 novembre 2020.

          1) Je lance la recherche via le moteur de recherche Skyscanner qui me présente les résultats suivants :        

  • 344 euros avec une escale de 21h40 à New Delhi, soit une durée totale du voyage de 31h15 (et une arrivée à destination finale le 12 novembre, soit 2 jours après ma date de départ) : clairement, non !

  • 474 euros avec une escale de 9h à Istanbul et le second vol à 2h du matin, durée totale de 19h30 : pas intéressant non plus, surtout pour le prix ! Le rapport temps/prix est très mauvais.

  • 538 euros avec une escale d'1h30 à l'aéroport d'Oman : une escale correcte mais cette fois c'est le prix qui ne convient pas, bien trop élevé.

          2) Je lance la même recherche sur Kayak qui me présente les mêmes résultats que Skyscanner. Temps d'escale trop long, prix trop élevé,… Quelle galère !


          3) Du coup, je tente ma propre combinaison, toujours sur base des mêmes critères (vol aller simple le 10 novembre) mais cette fois, en décomposant les 2 vols : dans les moteurs de recherche, je lance une première requête pour un vol Paris-Delhi et ensuite, une autre, à part, pour un vol Dehli-Katmandou.

Et là, BINGO ! Je trouve un vol à 332 euros pour le Paris-Delhi et un vol à 62 euros pour le Delhi-Katmandou, soit un prix total de 394 euros et une escale de seulement 2h50...


La combinaison de vol ne fonctionne pas à chaque fois, mais ça vaut vraiment le coup de la tenter car parfois, comme le montre cet exemple, on peut vraiment avoir de (super) bonnes surprises !

Mais j’insiste sur une chose : soyez bien attentif à prévoir suffisamment de temps entre les 2 vols afin d'anticiper un éventuel retard du premier + le temps de récupérer ses bagages et de se réenregistrer pour son second vol !


Secret n°12 : prendre la température

C’est très clairement mon secret le plus cool (et celui qui j’ai découvert en dernier ☹) !

Si vous n'avez aucune idée du prix moyen de votre billet d'avion et que vous souhaitez vous « situer », jetez un œil au site Algofly ! Il annonce un prix moyen en fonction de la destination et de la période, avec et sans escale : un bon moyen de savoir si on fait une bonne affaire ou si on se fait rouler !        

Exemple :  je souhaite connaître le prix moyen d'un vol direct de Paris à Bangkok en novembre.

          1) Je commence par entrer le nom de ma ville de départ et de ma ville d'arrivée puis je clique sur le bouton "Quel est le bon prix ?"            

Algofly

          2) Ensuite, sur le menu à gauche, je sélectionne mes critères : avec ou sans escale, la période de voyage (je peux choisir "toute l'année" ou sélectionner un mois en particulier).


Dans le cadre de notre recherche, je choisis donc le mois de novembre. Les prix s'affichent alors automatiquement.     
Ainsi, je peux voir qu'en novembre, un vol A/R direct Paris-Bangkok est au "prix moyen" de 700 euros, 630 euros étant un "bon prix" et 554 euros un "prix exceptionnel".
Ayant payé mon billet 590 euros il y a quelques jours à peine, je peux donc conclure que je me situe entre le "bon prix" et le prix "exceptionnel", avec une économie de 110 euros par rapport au prix moyen ! Il n’est pas encore né celui qui va me rouler (oubliez mon histoire de New-York…) !!!

P.S. Pour éviter toute arnaque, j'ai un conseil à te donner, c'est par ici !    

Paris Bangkok

Le graphique "Répartition des prix" nous donne quant à lui le nombre de billets vendus en fonction de leur prix. Si je reprends mon exemple de Paris-Bangkok, cela signifie que :

  • 5,5% des billets ont été vendus à moins de 565 euros ;

  • 5,4% des billets ont été vendus à moins de 592 euros ;

  • Près de 20% ont été vendus à moins de 701 euros...

Au final, ayant payé mon billet 590 euros, je fais partie des 10% des personnes de l'avion (toutes classes confondues) à avoir payé son billet le moins cher.   


Reprenons maintenant l'exemple du vol Paris-Katmandou en aller simple avec 1 escale : sur Algofly, on peut voir que 466 euros est un prix exceptionnel, 526 euros est un bon prix et 612 euros un prix moyen.             

Maintenant, souvenez-vous de notre combine de vols : Paris-Delhi, puis Dehli-Katmandou. Nous étions alors arrivés à un prix total de 394 euros avec une escale raisonnable de 2h50…

… Du coup, avec notre technique de combinaisons de vols, nous sommes carrément arrivés en-dessous du prix exceptionnel annoncé par Algofly !

Paris Katmandou


Secret n°13 : ne pas se satisfaire des packages tout fait

Les billets d’avion sont souvent proposés en format aller-retour. Mais rien ne vous empêche de vérifier s’il n’est pas plus avantageux de réserver deux vols simples auprès de différentes compagnies aériennes ! Parfois, les horaires vont conviendront même mieux ! Cette méthode vous donne aussi plus de flexibilité, car vous pouvez revenir quand vous voulez ou même atterrir au retour dans un autre aéroport que votre aéroport de départ (potentiellement moins cher).

De même, si vous n’êtes pas pressé, il peut être plus avantageux de prendre des vols avec escales plutôt que des vols directs.

Le billet d’avion le plus intéressant que j’ai réservé dans ma vie comportait 5 escales : Bruxelles – Dubaï – New Delhi – Kuala Lumpur – Singapour – Phnom Penh et enfin Perth pour 600€. J’en ai profité pour visiter chacun de ces endroits durant une semaine : une superbe expérience qui m’a permis de découvrir plusieurs pays sans vraiment payer le transport ! Voici le billet d'avion le plus particulier que j'ai acheté au cours de mes 28 années d'existence. Vous remarquerez que chaque étape est un gros hub :

Billet d'avion Bruxelles Perth

Si votre temps de séjour est restreint, ne le gâchez pas avec 36 escales et profitez un maximum du pays. Mais si les escales ne vous font pas peur, privilégiez un vol avec une ou plusieurs escales. Vous payerez bien moins cher et vous pourrez vous dégourdir les jambes et changer d’air si vous n’aimez pas les longs vols. Faites tout de même attention aux escales vraiment longues qui vous obligent à passer une nuit sur place ! À moins de dormir dans l’aéroport, vous devrez payer un logement pour la nuit et vous perdrez l’économie que vous aviez faite sur le billet...

Si vous êtes dans un pays où la vie est bon marché, ça peut valoir la peine (et être amusant !) de sortir de l’aéroport, d’aller manger un bout ou de passer une nuit dans un hôtel ! Mais renseignez-vous sur les conditions de sortie (il faut parfois un visa pour une seule journée).

Regardez ce magnifique exemple du vol Bruxelles-Lusaka (Laos), le 19 novembre 2020. Avec une escale supplémentaire et de longues attentes, votre billet est presque moitié moins cher !

Bruxelles Lusaka
Bruxelles Lusaka


Secret BONUS : ne pas (trop) utiliser ces 13 secrets

Mais si toutes ces astuces sont top pour gagner de l’argent, elles le sont beaucoup moins pour l’écologie… surtout lorsque vous choisissez l’option « beaucoup d’escales ». Parce que, rien à faire, l’avion restera toujours néfaste pour notre planète (je me cache avec mon billet d'avion aux 5 escales). 

Je ne dis sûrement pas qu’il ne faut jamais prendre l’avion (sinon je n’aurais pas rédigé cet article), mais bien qu’il faut être conscient de ce que l’on fait. Jetez un œil à l'image ci-dessous pour vous faire une idée concrète :

Dénicher le billet d'avion le moins cher: Empreinte carbone dix fois plus élevée en avion qu'en train

Même si je voyage souvent et que j’incite au voyage, il reste à mes yeux INDISPENSABLE de limiter autant que possible l’impact négatif du tourisme sur l’environnement. C’est pourquoi j’ai décidé qu’Un Brin de Voyage serait un organisateur de voyages éco-responsables : je m’engage à chaque fois à réaliser le voyage le plus écologique possible, notamment en compensant l’impact écologique de tous vos déplacements (à mes frais) et en reversant un pourcentage du prix que vous payez à un projet d’aide au développement lié à votre destination. Je fais également en sorte de vous plonger au cœur de la culture et de la population locale, et non au centre d’un troupeau de touristes !

Ne pas claquer la moitié de son budget voyage dans son billet d’avion, ça demande donc un peu de temps et d’expérience. Mais avec les conseils que je viens de vous livrer à travers des blogueurs d’expérience, vous gagnerez beaucoup de temps dans vos recherches, mais surtout beaucoup d’argent.

Franchement, quand on voit certains résultats, ça vaut la peine de s’y attarder, non ?

Même si l’opération peut vous paraître fastidieuse, elle est vraiment indispensable si vous voulez économiser sur son budget voyage, parce que c’est souvent l’avion qui coûte le plus cher. Et puis, pourquoi voir cette tâche comme une corvée ? Je vous assure que la satisfaction d’avoir trouvé LA bonne affaire dépasse largement la peine que vous aurez eu à la trouver !

Vous n’êtes pas non plus obligés de mettre en œuvre toutes ces astuces : souvent, en appliquer l’une ou l’autre fait déjà la différence ! Essayez ! Vous verrez par vous-même… !

Certaines astuces demandent d’ailleurs très peu d’énergie : ne pas perdre son temps avec des fausses bonnes idées, mettre des alertes,… Y a pire !

Dans tous les cas, je vous conseille au minimum d’utiliser un comparateur de vol : c’est le B.A – BA de tout achat de billet d’avion, et ça n’a vraiment rien de compliqué ! Je profite de ce secret bonus, pour vous signaler que vous n'êtes pas obligé de prendre l'avion pour vivre un voyage de dingue. J'ai réalisé un guide gratuit de 150 pages, rempli d'idées originales pour vous évader sans prendre l'avion ! Pour le découvrir, cliquez-ici ou renseignez simplement votre email ci-dessous :


Et vous ? Laquelle de ces astuces vous a-t-elle paru la plus utile ? Vous en connaissiez déjà certaines ? Et si cet article vous a aidé dans vos recherches, dites-moi combien vous avez pu économiser grâce à lui !

Si vous avez d'autres tuyaux pour acheter son billet d'avion moins cher, n'hésitez pas à les partager dans les commentaires ! 

Lire la suite
Comment trouver un job à l'étranger
Astuces voyage

Comment décrocher un (super) job à l’étranger en 8 étapes SIMPLISSIMES