septembre 16, 2022

Le cyclotourisme : le must du slow travel

0  commentaires

Elles ont été nombreuses ces soirées d’été passées à l’extérieur, avec des amis, à nous raconter nos voyages et petits moments d’évasions. J’adore évidemment écouter tous ces récits et j’aime en savoir plus, pour peut-être découvrir des destinations ou des manières de voyager. Cette année, plusieurs de mes amis ont décidé de laisser tomber la voiture pour favoriser le vélo pendant leurs vacances. La façon dont ils m’ont raconté leurs petites aventures, des étoiles pleins les yeux, m’a donné envie d’en savoir plus. Est-ce que le cyclotourisme peut-être adapté à tous les profils de voyageurs ? Comment se préparer à un tel voyage ? Laisser tomber la voiture, l’avion, être complètement indépendant sur son vélo, c’est un peu ça le must du slow travel.

Laisse moi te présenter Fabio, Alice et Océane qui ont effectué chacun un voyage différent avec un point commun… sans grande surprise : le vélo !

Je te propose donc de t’immerger un peu dans leurs aventures dont ils gardent un merveilleux souvenir.

Aventures en cyclotourisme


L'aventure de Fabio

Destination : la côte d’Opale

Itinéraire : à l’aller, j’ai descendu l’Eurovélo 4 qui va de la gare d’Ostende jusqu’à Boulogne sur Mer, en passant par La Panne, Dunkerque, Calais et Wissant. Au retour, j’ai remonté l’Eurovélo 5 depuis Lille jusqu’à Tournai, en passant par Roubaix et la frontière franco-belge. Tous les autres déplacements ont été accomplis en train ou à pied.

Son rapport au vélo dans la vie quotidienne : je fais presque tous mes déplacements à vélo. Je fais également du sport depuis trois ans : du crossfit, de la course à pied, ou de l’escalade, trois à quatre fois par semaine.

Pourquoi ce voyage ? J’ai décidé de faire ce voyage pour me changer les idées entre deux séquences de travail. Mon objectif était aussi de relever un défi sportif : passer la barre des 100 kilomètres à vélo.

Vélo utilisé pendant son voyage : mon vélo : un Orbea « Terra H30 », un gravel.

Coup de cœur du voyage :  l’autonomie. Pendant quelques jours, j'étais libre de faire exactement ce que je voulais comme je le voulais – sans être contraint par des horaires. Ce voyage m’a apporté une grande sensation de dépaysement. C’est d’autant plus réjouissant que ces vacances n’ont pas été passées loin de chez moi.

Fabio en vélo à la côte d'Opale


L'aventure d'Alice

Destination : le Portugal

Itinéraire : Avion jusqu’au Portugal, je suis ensuite allée rejoindre une amie à Ericeira, une plage de surf sur la côte portugaise, en partant de Lisbonne. J’ai suivi les côtes portugaises en faisant des étapes en fonction de mes coups de cœur et des villes à visiter.

Son rapport au vélo dans la vie quotidienne : je fais mes trajets à vélo dès que c’est possible. Je trouve que c’est beaucoup plus agréable, ça enlève le stress des embouteillages et du stationnement.

Pourquoi ce voyageUne envie de voyager différemment et le vélo est un moyen de transport très attirant. Depuis le premier confinement, j’ai ressorti mon vieux vélo et ça m’a donné l’envie d’investir plus dans cette discipline. Ensuite, avec mon compagnon, on a commencé à faire des sorties de plus en plus longues, jusqu’à faire des voyages de deux à trois jours à vélo. Le vélo est devenu un moyen de transport régulier.

Vélo utilisé pendant son voyage : j’ai loué un mountainbike électrique, c’est la première fois que je testais ce type de vélo et il était vraiment top ! Je me suis sentie en sécurité sur toutes les pistes que ce soit route, gravier ou hors-piste. J’ai eu la chance de trouver une super adresse pour louer un vélo à Lisbonne avec tout le matériel nécessaire (deux sacoches, matériel pour l’entretien du vélo, casque, cadenas, …)

Coup de cœur du voyage :  pour le retour, je suis revenue à Lisbonne par les terres. C’était une superbe découverte ! Les paysages étaient très typés en passant par des villages charmants. Un vrai coup de cœur pour ce retour.

Alice en vélo au Portugal


L'aventure d'Océane

Destination : Pays-Bas

Itinéraire : départ de Bruxelles en train jusqu’à Knokke, ensuite à vélo jusqu’au Ferry pour Middelbourg, Burgh-Haamstede, Poortugaal, Noordwijk, Harlem jusqu’à Amsterdam et retour en train. Le tout sur des routes EuroVélo et pistes cyclables.

Son rapport au vélo dans la vie quotidienne : j’utilise beaucoup le vélo pour mes déplacements quotidiens.

Pourquoi ce voyage ? c’était juste après le COVID, il y avait une grande incertitude autour des voyages en général, beaucoup de contraintes à respecter aussi en avion/voiture. Nous avions envie de liberté, de voir des paysages et de faire un voyage plus écologique.

Vélo utilisé pendant son voyage : mon vélo personnel, assez vieux, à 7 vitesses. Je suis allée le faire réviser chez un professionnel avant le départ.

Coup de cœur du voyage :  la liberté, la possibilité d'arriver et de partir quand tu veux sans être contraint à des horaires de transports. Tu peux t'arrêter facilement, tu vois plein de paysages très beaux et tu peux faire des rencontres. Nous avons par exemple rencontré un couple de français en vélo qui partaient avec leurs chiens et 3 chats jusqu’en Norvège, le tout en logeant en camping ! J’ai été vraiment animée par les paysages. Nous avons roulé uniquement sur les routes réservées aux vélos, même si ça nous faisait faire des détours car la beauté des paysages en valait la peine.

Océane en vélo aux Pays-Bas


Avant de démarrer un voyage de plusieurs jours à vélo, il est important de savoir comment s’équiper et de consulter un professionnel pour obtenir des renseignements et des conseils sur son vélo ou sur le vélo qui sera adapté à vos besoins. Pour préparer cet article au mieux, en plus de bombarder de questions mes amis, je suis allée questionner François Gilkinet, pro du vélo et patron du magasin Cycles Gilkinet, référence dans le domaine. Tu trouveras donc ses conseils dans l’article, en plus des miens et de ceux de Fabio, Alice et Océane.

Mes conseils pour faire du cyclotourisme


La préparation physique

Ta condition physique guidera le type de voyage que tu peux entreprendre. Si tu débutes et que tu n’es pas très sportif, je te conseille un itinéraire semblable à celui d’Océane, qui a privilégié les Pays-Bas pour ses routes plates et bien aménagées, en suivant les pistes cyclables. Le but premier était de voir du paysage avant d’accomplir un objectif sportif. Elle est allée jusqu’à faire 70 km par jour, mais l’idéal pour débuter est de prévoir environ 50 km par jour et pas trop de dénivelé. Il n’y a donc pas de préparation physique intense à prévoir avant ce type de voyage si tu adaptes le projet en fonction de ton profil !

Si tu débutes et que tu ne fais pas de vélo régulièrement, le mieux est de partir 1-2 jours à vélo avant d'entamer ton voyage pour t’habituer, et pourquoi pas de déjà tester tes bagages. N’hésite pas à enfourcher ton vélo à la moindre occasion pour habituer tes muscles au fait de pédaler avant le grand départ !

Évidemment si tu veux, comme Fabio, accomplir un objectif sportif et que tu n’as pas l’habitude du vélo, il est vivement conseillé de t'entraîner avant de partir.


Les différents types de vélos

Nous allons mettre en avant 5 grandes familles :

  • lo de ville : basique mais robuste et confortable avec son assise droite et haute, il est surtout adapté pour les courts trajets quotidiens sur des chemins en dur. La largeur de ses pneus est légèrement inférieure à celle des pneus d’un VTT. Il possède un minimum de 6 vitesses.
  • vtc (vélo tout chemin) ou vélo trekking :  modèle polyvalent qui associe le confort du vélo de ville à la souplesse des vélos destinés à rouler en campagne. Il a plus de vitesses (18 au minimum) qu’un vélo de ville. Adapté pour la ville et la campagne sans non plus être le plus adapté pour l’un ou l’autre.  
  • vtt (vélo tout terrain) : souple et plus léger, il est conçu spécialement pour une utilisation en montage ou sur des terrains cabossés et rugueux. Idéal pour les sportifs, il a des protections renforcées contre la boue et les chocs. À adopter pour faire du « cross country » ou du « mountain bike ».
  • gravel : véritable “couteau suisse” du vélo, adapté pour tous les chemins et pour les voyages sportifs comme plus relax. Il te fera vivre de grandes sensations et comblera ta soif d’aventure !
  • vélo de coursetrès léger (souvent moins de 7kg), pour les amateurs de vitesse. Idéal pour un entraînement physique intense.

Tous ces vélos existent en électrique et en non-électrique. Il existe également des types de vélos un peu plus spécifiques, les vélos couchés, les tandems, les tricycles,... beaucoup d’options s’offrent à toi !

Il est important de choisir le bon vélo en fonction du type de parcours et de sa forme physique ! En discutant du projet de voyage avec un professionnel, il pourra te guider sur l’achat du vélo idéal en fonction de tes besoins.

Si ton projet est plutôt un parcours “facile” pour débuter, comme celui d’Océane, tu peux tout à fait prendre un vélo de ville à 7 vitesses. Cependant, si tu souhaites parcourir des chemins plus vallonnés et que tu n’as pas forcément l’habitude du vélo, il est conseillé de prendre un vtc, vtt, gravel ou un vélo électrique. Le fait d’opter, comme Alice, pour un vélo électrique te permettra également de parcourir plus de km par jour, de son côté, elle en parcourait environ 200 !

Si tu possèdes déjà un vélo, il est vivement conseillé de passer chez un professionnel pour faire un check up avant le départ. Il pourra aussi te guider sur le matériel à apporter avec toi. Le kit indispensable selon François : “kit de réparation pour les crevaisons (pompe , chambre à air, démonte pneu et rustine) , le nécessaire pour réparer la chaîne et un petit kit de secours. Penser également à bien s’équiper pour tous les types de météo !”.

Les différents types de vélo et équipement


Planifier un itinéraire en cohérence avec son vélo

Il existe de nombreuses applications prévues pour les déplacements à vélo, François utilise principalement les applications Komoot ou Garmin qui permettent de bien sélectionner les chemins en fonction de sa pratique. Planifier son itinéraire peut prendre du temps, Fabio y a consacré une petite semaine, en y consacrant une heure ou deux par jour. Deux activités lui ont demandé un peu de travail: d’une part, construire l’itinéraire du parcours, d’autre part, se procurer le matériel (sacoches, batteries, billets de train, nourriture, pharmacie, outils, …) pour rouler en autonomie pendant plusieurs jours.

Alice a préparé son itinéraire via le site « Eurovélo » et une application GPX (par exemple Bikemap.net) qui regroupe tous les circuits européens accessibles à vélo. Elle a également découvert l’app Geovelo qu’elle recommande vivement.

Le vélo t’apportera une grande autonomie et te permettra de découvrir de nombreux paysages, à toi de décider si tu préfères longer la mer, t’enfoncer dans les campagnes ou grimper des montagnes ! Il y a de plus en plus de routes dédiées aux vélos partout en Europe, et de nombreux itinéraires complets et parfaitement adaptés.

En 2030, il devrait être possible de voyager un peu partout en Europe via les véloroutes EuroVélo, qui se développent petit à petit. L’idéal est d’avoir un fil conducteur assez bien construit tout en restant flexible et en prévoyant quelques jours de repos en cas de douleurs musculaires.

Planifier un itinéraire en cohérence avec son vélo


La durée du voyage

Le vélotourisme demande une certaine organisation au niveau des bagages, il faut limiter son poids et il va être plus difficile de prendre avec soi une tente et de quoi se nourrir. Bien qu’économique au niveau des déplacements, il faudra penser au budget nourriture sur place et logement dans lequel il est possible d’entreposer ton vélo en sécurité.

Il faut aussi bien se rendre compte que dans ce type de voyage tu passes la plupart du temps dehors, et que tu dois donc faire face à la météo. S’il fait trop chaud (plus de 25 degrés) ou s’il pleut beaucoup, ton expérience sera peut-être plus difficile.

Pour un premier voyage à vélo, une semaine est conseillée, comme Alice et ses 6 jours à pédaler.

Tu peux allonger à 10 jours si tu prends un ou deux jours de repos, comme Océane qui a fait une pause à Noordwijk durant son parcours.

Si tu es un cycliste aguerri, tout dépend évidemment de ce que tu souhaites. Une petite évasion pour te vider la tête comme Fabio, 3-4 jours suffisent, ou des voyages plus longs, comme François en effectue chaque année.


Un voyage accessible à tous

Comme Fabio le précise, avec du matériel convenable, un peu de préparation, et un parcours adapté au profil cycliste, il est possible de vivre une très belle expérience de dépaysement. Il faut cependant avoir un petit goût pour l’aventure, comme Alice le rappelle, vouloir peut-être s’extirper de la foule et retrouver une flexibilité dans ton voyage de manière plus consciente et responsable.

Le vélo permet de faire du slow travel en se reconnectant au paysage qui évolue au fur et à mesure du voyage, en s’arrêtant dans des endroits inattendus. Pas besoin de se presser et tous les âges pourront s’y aventurer !


Les bagages

C’est un point important car si tu es trop chargé, cela aura un impact négatif sur ton voyage. Il existe des sacoches que tu peux trouver dans les magasins spécialisés, à fixer sur le cadre (bike packing) ou à fixer sur porte paquet (avant ou arrière ) le poids est de +- 20-25kg max.

Fabio a opté pour des sacoches de bikepacking de la marque Topeak qui contenaient du linge de rechange pour 4 jours, de la nourriture et du matériel électronique. L’idée du bike packing est de voyager léger ! Océane avait pris en complément un sac à dos et une sacoche supplémentaire en utilisant ses portes-bagages.

Bikepacking


Le logement

Par facilité pour ne pas avoir trop de bagages, il sera plus simple d’opter pour des logements sur le trajet, type airbnb ou auberges, avec un local adapté pour stocker ton vélo. Il existe également des logements spéciaux qui viennent chercher tes bagages le matin pour que tu les retrouves au logement directement le soir. Cela apportera par contre moins de flexibilité et demandera un minimum d’organisation à ton voyage.

Si tu veux te lancer dans l'aventure liberté à fond, il faudra prévoir en plus toute ton attiraille de camping, ce qui peut peser lourd et prendre de la place sur ton vélo ! Il faut prévoir une tente assez grande pour y stocker toutes tes sacoches ainsi qu’une bâche pour protéger ton vélo et peut-être dissuader les éventuels voleurs.

Cyclotourisme logement et tente


Les difficultés rencontrées pendant le voyage

Comme précisé plus tôt, la météo peut être un facteur compliquant ton aventure. Si tu y es bien préparé, veille à bien adapter à ta morphologie la selle et la fourche du vélo à l’aide d’un professionnel. Ceci pour éviter la douleur dans les cervicales et au niveau de la selle. N’hésite pas également à prévoir un ou deux jours de repos pendant ton parcours.


Les EuroVéloroutes et VélosRoutes

Les premières correspondent aux itinéraires transfrontaliers européens longues distances, la plupart du temps sur des voies sans circulation automobile. Elles traversent de beaux paysages variés, des sites culturels et de belles découvertes du patrimoine. Les secondes sont des itinéraires balisés de moyennes et courtes distances adaptées à la circulation des vélos. Ces routes prévues pour les vélos sont accessibles à tous les niveaux !

L’intérêt pour les voyages à vélo augmente considérablement, surtout depuis la pandémie. Il y a déjà de nombreux circuits réalisables en Europe, mais de nouveaux projets sont en développement. Notamment le projet EuroCyclo, qui a pour but la mise en place par Ardenne cycle et ses partenaires, de deux Véloroutes touristiques transfrontalières à travers le massif ardennais. 28 acteurs touristiques – belges et français – collaborent au développement du projet. Tous visent la “création d’une expérience touristique nouvelle sur des itinéraires vélos très qualitatifs à travers la campagne et les forêts ardennaises”. 55% du coût total du projet est financé par les fonds européens Interreg V et 45% par les fonds régionaux et locaux.


Le Slow Travel

Comme le rappelle Alice, le voyage se passe vraiment quand on va d’un point à un autre et non seulement quand on est arrivé à destination. Ça prend tout son sens avec cette manière de voyager. Tu es parfois obligé de faire des arrêts inattendus pour récupérer de l’eau ou faire une pause à cause de la chaleur, par exemple, et ce sont souvent des arrêts dans des villages éloignés des zones touristiques. C’était, pour Alice, à chaque fois de très belles surprises.

L’autonomie, la liberté, une façon de voyager différente et le fait de se vider la tête et de respecter la nature et son environnement. Tous ces facteurs sont au centre du voyage à vélo. Ce voyage est une introspection, on fait le vide pour y revenir grandi. Pouvoir s'arrêter quand on veut, adapter son itinéraire et se dépasser physiquement, ça transforme son expérience voyage et ça permet d'être de retour avec la tête complètement vidée !

Si tu as envie de tenter l’expérience, nous pouvons t’aider à planifier tes prochaines vacances à vélo, n’hésite pas à nous contacter !

Merci beaucoup à François, des cycles Gilkinet pour ses informations. N’hésite pas à le contacter ou à passer dans son magasin pour des conseils techniques : http://www.cycles-gilkinet.be.

Et un tout grand merci à Fabio, Alice et Océane pour leur partage d’expérience !


Si cet article t'a plu, je t'invite à rejoindre ma newsletter bimensuelle. Tu recevras ainsi des conseils exclusifs, du contenu unique, et quelques surprises !

Pour me rejoindre, écris simplement ton nom et ton adresse email ci-dessous :


Tags


Ces articles te plairont également 

Laisse un commentaire !

Your email address will not be published. Required fields are marked

{"email":"Adresse email invalide","url":"Adresse du site internet invalide","required":"Champs obligatoire manquant"}