Bienvenue en Belgique !

La Belgique avec arc-en-ciel sur Gand - cover

Vouloir entreprendre un voyage éco-responsable en Belgique peut ressembler à une bonne blague belge ou française, selon de quel côté de la frontière on se trouve. Avec une surface de 30688 km² seulement, autant faire le tour de son jardin !

Et pourtant, à bien y réfléchir, quel voyage plus éco-responsable peut-on faire ? Ce plat pays qui est le sien (à Jacques Brel) possède de nombreuses richesses patrimoniales, culturelles et gastronomiques qui en font une destination de choix pour les amoureux de la nature, mais aussi les mangeurs de gaufres, les inconditionnels de frites, les amateurs de chocolats et autres buveurs de bière (clichés, quand tu nous tiens !).

Au Nord, la Flandre a fait du tourisme durable son credo depuis quelques années, en menant des projets de promotion raisonnée de la région en concertation avec ses habitants. Ainsi, tout le monde y trouve son compte, Flamands, visiteurs, et surtout Dame Nature. Sa grande fierté : la transformation des mines de charbon de la Haute Campine en une grande réserve naturelle. Un sacré pari relevé haut la main !

Au Sud, la Wallonie est le paradis des amoureux de la nature et des activités outdoor en tous genres : randonnées dans la grande forêt de Saint-Hubert en Ardenne ou au milieu des fagnes, balades thématiques aux confins de la Hesbaye à la recherche des fruits perdus, baignades dans les nombreux lacs et rivières sauvages, hicycling tours au Pays des Collines, cette région qui fait (un peu) mentir l’adage selon lequel la Belgique est un plat pays. Certes, les hauts reliefs sont aux abonnés absents, mais si tu vas y faire un tour éco-responsable un jour, tu verras que c’est walloné, la Wallonie (tu l’as ?!). Le “toit” de la Belgique, le Signal de Botrange, y culmine quand même à 694 m !

Au milieu de tout cela trône Bruxelles, la capitale bilingue, multiculturelle et fantasque, qui a fait d’un petit bonhomme soulageant son envie pressante devant les badauds le symbole de son indépendance d’esprit et de son sens de l’humour décalé.

Alors, un voyage éco-responsable en Belgique, farce ou attrape ?! Lis la suite pour te faire une idée !

Budget :

La Belgique, c’est la maison, ou celle du voisin si tu es français. Bref, c’est très proche. Pour organiser un séjour éco-touristique en Flandre ou en Wallonie, il n’est donc pas nécessaire d’économiser des mois à l’avance ni de casser ton plan épargne retraite pour pouvoir le financer.

Le coût de la vie est dans la moyenne plutôt haute des pays européens, et comparable à celui de ses proches voisins de l'Europe de l’Ouest. C’est ton quotidien, pas la peine de faire une thèse sur le sujet. Rappelons juste quelques principes de base intéressants pour prévoir “the right budget at the right place” :


L’hébergement

C’est l’un des postes de dépenses les plus importants à prévoir lors d’un voyage en Belgique. Les prix des hébergements sont équivalents à ceux de la France et dépendent en toute logique du type de logement choisi.

Voici quelques exemples donnés à titre indicatif :

  • auberge de jeunesse : entre 20 et 30 € la nuit par personne
  • hôtel standard : entre 60 à 90 € la nuit en chambre double
  • hôtel avec piscine : entre 100 et 200 € la nuit en chambre double
  • hôtel chic à luxe : au-delà de 200 €

Pour l’option gîtes, il te faudra débourser 122 € en moyenne, ce qui est un peu plus cher qu’en France, mais toujours sympa si tu pars en famille ou entre amis.

Bien évidemment, il est toujours facile de dégoter des bons plans pour limiter ce budget au maximum, tout en se logeant de façon durable (voir plus loin le chapitre consacré à ce sujet).


La nourriture

Goûter aux fiertés gastronomiques de la région, cela se mérite. Les restaurants sont en effet relativement chers en Belgique puisqu’il faut compter entre 30 et 40 € par personne pour un repas complet le soir. Ce n’est pas donné, mais tu peux être assuré de ressortir avec le ventre plein, les portions servies étant plutôt généreuses. A réserver aux moments plaisir :

Les snacks du midi sont en revanche raisonnables, et la pinte de bière locale pour faire couler le tout est à 4 € (un repère). Pour limiter ton budget nourriture, tu peux aussi snacker le soir, ou alors aller traîner du côté des supermarchés de temps à autre (option à n’envisager que si tu es du genre à vouloir absolument te faire à manger pendant tes vacances - si, si, ça existe !).


Le transport

En termes d’empreinte carbone, c’est pas Byzance, puisque c’est la Belgique (humour belge, ou français), mais presque. Avec des tarifs à partir de 29 € depuis Paris par exemple, le Thalys est un moyen à la fois rapide et bas carbone pour rejoindre la Belgique. Matchpoint total contre l’avion ! Pour les transports locaux, je t’en parle plus loin.

Durée du séjour :

La Belgique est un concentré de destination touristique : petit du point de vue de la surface, mais grand si l’on considère la richesse de son patrimoine naturel et culturel.

Oui, le plat pays est 325 fois plus petit que le Canada, et alors ?! L’avantage, c’est qu’il est accessible à tout un chacun d’en faire le tour, en toute éco-responsabilité, et sans entamer son capital congés des 5 prochaines années.

Voici quelques idées de séjours à organiser en Belgique. Je te le rappelle, c’est à côté, donc pas de panique si tu n’as pas le temps de tout faire, il est facile d’y revenir !


Pour un grand week-end

2 à 3 jours suffisent pour soit visiter Bruxelles de fond en comble (Grand-Place, Manneken-Pis, le Domaine de Laeken, l’Atomium, les Galeries Saint-Hubert…), soit découvrir l’essentiel de Bruxelles couplé à l’essentiel d’autres villes (la Cathédrale Saint-Bavon de Gand, les canaux et l’atmosphère love to love de Bruges…).


Pour une bonne semaine

Avec une bonne semaine devant toi, tu vas pouvoir t’aventurer dans la Belgique plus profonde et découvrir plus précisément ses paysages uniques. Plusieurs options s’offrent à toi, à choisir en fonction de tes envies et disponibilités.

Par exemple :

  • découverte de la Flandre, de ses villes emblématiques (Anvers, Gand, Bruges) jusqu’à la côte flamande de la Mer du Nord (notamment Ostende la familiale, ou Knokke la clinquante)
  • exploration de la Wallonie, de ses paysages très variés à ses curiosités géologiques, en passant par Mons, sa capitale culturelle, Tournai et sa fabuleuse cathédrale, Liège et son ambiance festive, les Hautes-Fagnes et ses randonnées…
  • pour les plus sportifs et néanmoins amateurs de culture : traversée de la Wallonie d’ouest en est en mode slow à vélo sur la route UNESCO (500 km, 11 étapes, 13 sites classés au patrimoine mondial de l’Unesco)

Pour 2 semaines et plus

2 semaines sont nécessaires et suffisantes pour entreprendre un tour complet de la Belgique, par exemple en mode road trip. Si tu es prêt à parcourir environ 1300 km en voiture ou à moto, la surface du pays le permet largement. Et si tu disposes de plus de temps, et accessoirement des muscles nécessaires dans les mollets, pourquoi ne pas envisager ce road trip à vélo pour un séjour encore plus éco-responsable ?!


Le meilleur moment pour partir ?

Ne compte pas sur moi pour débiner la météo de la Belgique, en mode il pleut tout le temps et puis il fait gris du matin jusqu’au soir. D’abord, parce que la pluie ne s’invite qu’un tiers de l’année autour de Bruxelles. Ensuite, parce qu’après la pluie vient le beau temps, comme dit le célèbre proverbe (l’histoire ne dit pas si celui-ci a été inspiré par un belge). Enfin, parce qu’avec le dérèglement climatique, y’a malheureusement plus d’saison ma bonne dame !

Bref, les meilleurs mois pour partir d’un point de vue clémence des températures sont de juin à août - et on peut pousser jusqu’à septembre pour être plus tranquille niveau tourisme. Pendant cette période, tu pourras t’adonner aux joies de la balade en short et tee-shirt sans risquer la pneumonie, et même te payer le luxe d’un bain vivifiant dans la Mer du Nord. L’automne peut être agréable aussi, notamment à regarder si tu te trouves du côté des forêts des Ardennes, avec leurs couleurs chatoyantes. Ah, et prévois une veste de pluie toujours dans le sac à dos : une averse est si vite arrivée… mais repartie aussi !

Hébergements :

Avec plus de 10 millions de touristes annuels, soit quasi autant que la population du pays tout entier, la Belgique est une destination de voyage très prisée, notamment de ses voisins européens. L’hébergement touristique s’est donc organisé en conséquence, avec une multiplication des offres écoresponsables ces dernières années, disposant pour la plupart d’un écolabel type Clé Verte.

Les globe-trotteurs en herbe ont l’embarras du choix :

  • les logements insolites en pleine nature : ces lieux hors du commun te permettent de te reconnecter à la nature en ayant le moins d’impact écologique possible (roulottes au milieu de nulle part, cabanes sur pilotis, ancien moulin…)
  • les logements champêtres : ce tourisme rural t’accueille dans des gîtes, chambres d’hôtes, ou autres campings à la ferme qui favorisent une immersion totale dans le territoire belge aussi bien que des rencontres authentiques avec les gens du coin
  • les auberges de jeunesse : on en compte une centaine en Belgique, certaines ayant la particularité d’être des maisons d’hôtes ou des hôtels familiaux (pour ceux qui aiment un confort plus individuel)
  • et puis plus classiquement les hôtels (labellisés de préférence), les locations saisonnières, les campings

Je t’invite également à consulter mon article sur les différents types de logements eco-friendly et bon marché pour te donner encore plus d’idées !

Déplacements - Itinérance :

La Belgique aurait pu considérer sa petite taille comme une faiblesse et développer un sentiment d’infériorité face à ses grands voisins. Bien au contraire, elle en a tiré des forces qui font de ce pays le royaume du slow tourisme aujourd’hui, pour qui veut bien s’adonner à ce mode de voyage. Visiter la Belgique en mode 0% voiture, 100% train, bus, vélo ou rando, oui c’est possible !

Le pays a ainsi développé un réseau de transports en commun très dense, dont le fer de lance est le train, et Bruxelles la plaque tournante. Le réseau ferroviaire mis en place permet aux voyageurs de circuler très facilement d’une ville ou d’une région à une autre, avec un impact écologique fort limité. Ce mode de transport rapide et concentré est particulièrement adapté si ton voyage consiste à ne visiter que des villes. À réfléchir toutefois pour un séjour en famille, les prix étant assez élevés.

Par ailleurs, la mobilité douce a ses lettres de noblesse en Belgique. De nombreux aménagements permettent d’accueillir les cyclotouristes dans les meilleures conditions : pistes aménagées, signalisation spécifique, services de locations dans les gares, véloroutes. Le vélo règne ainsi en maître aussi bien en Flandre qu’en Wallonie. Le must pour un voyage éco-responsable en Belgique est de combiner voyage en train avec son vélo en bagage !

Enfin, la voiture reste un moyen de transport assez pratique à utiliser en Belgique : tout se trouve à 2 heures de Bruxelles. Compte tenu de la pollution grimpante, elle y est cependant de moins en moins la bienvenue dans les centres villes (limitation des accès, coût des parkings).

En conclusion...

Si elles ont parfois du mal à s’entendre sur certains sujets politiques, linguistiques ou culturels, la Wallonie et la Flandre partagent cependant les mêmes atouts éco-touristiques qui rendront ton voyage responsable si unique : un patrimoine culturel riche et diversifié, une gastronomie savoureuse et de qualité (n'en déplaise aux clichés), un immense respect de la nature, un sens de l’humour truculent et décalé, et une culture du vélo inconditionnelle !

Et ce n’est pas parce que je suis belge moi-même que je manque totalement d’objectivité par rapport à mon pays. Bien au contraire, je suis très bien placée pour te faire découvrir les bons plans d’un voyage éco-responsable en Flandre ou en Wallonie. Alors contacte-moi !