Bienvenue au Portugal !

Portugal couverture

Un certain nombre de clichés circulent sur le Portugal. Ne compte pas sur Un Brin de Voyage pour te parler bacalhau, sardine, fées du logis ou autres compétences supposées en maçonnerie. Non, n’insiste pas.

Chez nous, on préfère la vérité vraie. Et la vérité vraie du Portugal, c’est que c’est un pays qui va charmer le voyageur écoresponsable et curieux qui sommeille en toi.

Coincé entre une voisine un peu exubérante et un océan qui lui a valu ses heures de gloire conquérantes du temps du vieux monde, ce terroir est un véritable enchantement pour les yeux. Les contrastes y sont nombreux et riches d’invitation au voyage. Des plages de sable fin de l’Algarve aux ravins escarpés du parc Naturel du Douro, du riche patrimoine culturel de Lisbonne aux villages reculés de l’arrière pays, de Sintra la magnifique à Madère la flamboyante… Tout invite au tourisme durable, aux rencontres étonnantes avec la gentillesse des portugais et Dame Nature.

Face à cette richesse de patrimoine culturel et naturel, comment organiser le voyage éco-responsable au Portugal qui te correspondra ? C’est ce que nous allons voir maintenant plus en détails.

Budget :

Tu as un budget compris entre 60 et 80 euros par jour, transport aérien compris, et tu hésites entre le Portugal et la Norvège ? N’hésite plus, le Portugal va t’ouvrir les bras !

En effet, le coût de la vie de ce pays est dans la tranche basse des pays européens (- 34% par rapport à la Belgique ou à la France). Tu y paieras pourtant tes restos avec les mêmes euros ?! Le budget voyage à prévoir est donc relativement avantageux. C’est une des raisons pour lesquelles le Portugal est une destination très prisée des touristes, écoresponsables ou pas, depuis une quinzaine d’années.

Il est difficile de définir quel est le plus gros poste de dépenses d’un séjour dans la Péninsule Ibérique. On pourrait penser au transport mais cela n’est pas forcément avéré. Plusieurs compagnies low cost proposent en effet des prix très intéressants (à partir de 40 €), notamment en dehors de la période estivale. Ce n’est certes pas très écoresponsable, mais l’avion reste le moyen le plus efficace pour se rendre au Portugal et il est difficile de s’en passer pour des courts séjours.



Côté hébergement, alors là c’est la fête du porte-monnaie ! La diversité de l’offre permet à tous de se faire plaisir en fonction de ses envies, en toute maîtrise de son budget. Si tu es jeune et roots, une nuit en auberge de jeunesse te coûtera une 20aine d’euros par nuit. Si tu aimes le confort des hôtels de luxe (ce n’est pas trop le genre de la maison Un Brin de Voyage, mais si vraiment cela te fait plaisir…), il te faudra débourser 120 euros, soit 6 fois plus (on t’avait prévenu !). Entre les 2, il existe tout un tas d’hébergements agréables et relativement peu onéreux que je te détaillerai plus loin dans l’article.

Et les repas alors ?! Les restaurants portugais sont réputés pour leurs assiettes généreuses, à l’image de leurs propriétaires qui n’hésitent pas à conseiller la demi-assiette à leurs clients. Un comportement écoresponsable et anti-gaspi qu’on apprécie chez Un Brin de Voyage ! Un repas complet en resto local te coûtera en moyenne 15 euros.

Durée du séjour :

Voici une idée des possibilités de voyage que tu peux envisager au gré de tes envies et du temps que tu as à ta disponibilité.

Visite d’une grande ville :

Un weekend de 2-3 jours permet de faire le tour des grandes villes, qui en fait ne le sont pas tant que cela, à l’image de leurs habitants (ha ha ha - cliché, quand tu nous tiens !). On pourra ajouter 1 ou 2 journées pour Lisbonne, dont les activités culturelles sont plus nombreuses, notamment si on veut déborder un peu du côté de Belém (et manger au passage les meilleures pastéis de nata du monde).

Visite d’une région :

Une semaine en moyenne sera nécessaire pour visiter les plus belles régions du Portugal : Lisbonne et ses environs, la Vallée du Douro en partant de Porto, l’Algarve, l’Alentejo, ou encore Madère un peu plus à l’ouest dans l’océan.

Visite de plusieurs régions en itinérance :

Le Portugal est un petit pays large de 200 km environ et long de 560 km (non, n’insistez pas, on ne refera pas la blague sur la taille de ses habitants). Il est donc tout à fait possible d’en faire le tour en 2 semaines en se concentrant sur l’essentiel. 1 ou 2 semaines supplémentaires permettent de prendre plus son temps et de sortir des sentiers battus, par exemple en allant voir les parcs nationaux d’un peu plus près.

Le meilleur moment pour partir ?

La réponse à cette question est assez simple : quand tu en as envie ! La météo est assez sympa toute l’année au Portugal, ce qui te permet d’organiser ton séjour quand tu le souhaites.

Comme dans bien des pays, le printemps et l'automne sont les saisons à privilégier, notamment pour éviter les grosses chaleurs lors des visites à l’intérieur des terres et au Sud. Si tu aimes la pluie et le froid relatif mais assez peu les gens, tu peux envisager un voyage dans le nord du pays en plein mois de janvier, tu seras tran-quille !

Les touristes de masse affluent les mois d’été, laisse-leur ce plaisir !

Hébergements :

Se loger lors d’un séjour au Portugal peut relever du casse-tête. Non pas pour trouver un logement, mais pour faire un choix parmi l’offre pléthorique existante :

  • hôtels : du 2* familial à l’hôtel de luxe, il y en a pour tous les goûts 
  • auberges de jeunesse : elles y sont très nombreuses, notamment à Lisbonne et à Porto, et d’un standing parmi les plus élevés d’Europe
  • pensions : ces établissements familiaux offrent une qualité de service intéressante et meilleur marché que les hôtels - c’est aussi un bon moyen de côtoyer la population locale !
  • pousadas : ces anciens châteaux ou monastères transformés en hôtels te permettront de toucher le luxe de façon abordable, quel que soit ton lieu de villégiature (on a le droit de se faire plaisir de temps en temps !)

Pour trouver un hébergement eco-friendly, tu devras chercher du côté des turihab (tourisme rural). Fermes, manoirs ou quintas (domaines ruraux) sont de bons points d’ancrage pour découvrir l’arrière pays, loin de l’agitation des villes côtières. La région phare de ce tourisme durable et écologique est l’Alentejo, une région à la nature flamboyante, diversifiée et préservée qui couvre une grande partie de la moitié sud du pays.

Enfin, tu pourras également te laisser tenter par le logement chez l’habitant. C’est une forme d’hébergement largement pratiquée au Portugal, qui permet de s’immerger dans l’ambiance du pays aussi bien que de partager des moments uniques avec les populations locales sur leur environnement et leurs coutumes. Imagine-toi en plein milieu de la campagne portugaise, en train de discuter le bout de gras avec les propriétaires d’une ferme de l’Alentejo, et de déguster les repas locaux préparés avec les bons légumes de leur jardin en permaculture…

L’hôtellerie écologique n’est en revanche pas encore très développée.

Déplacements - Itinérance :

Comme vu précédemment, il n’est pas évident de se passer du transport aérien pour rejoindre le Portugal. Il est en revanche tout à fait possible de compenser les émissions carbone de ton voyage en te déplaçant de façon écoresponsable une fois arrivé sur place. Le pays dispose en effet d’un réseau de transport diversifié et moderne. Fais-moi confiance, on peut tout à fait se passer de voiture pour visiter Lisbonne ou relier le Nord au Sud !

Déplacements urbains :

Qu’on se le dise : les voitures ne sont plus les bienvenues dans les villes ! Le gouvernement portugais a pris des mesures ces dernières années pour les bouter hors des centres, non pas à coups de lance et de bouclier mais en développant des moyens de transport moins polluants (tramways, métro, bus, voitures électriques) - et accessoirement en assommant les touristes avec des prix de parking prohibitifs. Franchement, qui préfèrerait la voiture de location au charme du fameux tramway 28 pour traverser Lisbonne ?!

D’autres villes à taille humaine comme Porto se visitent également très facilement à pied. Déambuler dans les ruelles de la vieille ville baskets écoresponsables aux pieds, on ne peut pas faire plus écolo comme moyen de transport !

Déplacements inter-régions :

Pour se déplacer d’une région à l’autre, le réflexe premier est la location de voiture. Plusieurs possibilités plus respectueuses de l'environnement s’offrent cependant à toi si tu veux l’éviter :

  • Le train

Le réseau ferroviaire portugais est dense et varié. Il permet de connecter facilement les grandes villes entre elles. L’Alfa Pendular, le train à grande vitesse, relie notamment Faro (sud) à Braga (nord) en passant par Lisbonne, Coimbra et Porto. Idéal pour le séjour itinérant bas carbone dont tu rêves !

  • L’autocar

C’est une alternative intéressante au train si tu es plus adepte du slow tourisme que du train à grande vitesse. Le réseau est aussi, voire plus dense que le ferroviaire, plus cher aussi parfois (la faute à la clim et au wifi).

  • Le covoiturage

Ce moyen de transport s’est largement développé ces dernières années. Il bénéficie à la fois au touriste et au conducteur d’un point de vue économique. Il demande toutefois une certaine flexibilité dans la mesure où les trajets sont souvent proposés à la dernière minute.

En conclusion...

Le Portugal est une terre de contrastes propice aux voyages respectueux de l’environnement et aux rencontres inspirantes avec Dame nature. La chaleur y est présente à tous les niveaux : dans la météo une bonne partie de l’année, dans l’accueil des populations locales, et dans ton cœur quand tu t’en vas.

Je comprends que tu puisses hésiter entre lézarder sur les plages dorées de l’Algarve le corps enduit de crème solaire bio, randonner pied au plancher dans l’un des 14 parcs naturels du pays, savourer les inimitables pastéis de nata de Belém, ou encore t’adonner à l’écotourisme au milieu des forêts d’oliviers de l’Alentejo.

Je ne peux pas t’offrir la recette des pastéis de nata (quoique). Mais je peux en revanche t’aider à organiser ton futur voyage écoresponsable. Contacte-moi pour les détails !