Bienvenue au Pérou !

Pérou cover page inspiration compressé

Ah le Machu Picchu ! Qui n’a pas rêvé un jour d’aller voir en vrai l’ancienne cité inca perdue au milieu des montagnes vertes de la cordillère des Andes, l’une des 7 nouvelles merveilles du monde ?

Il serait pourtant réducteur de n’envisager un séjour au Pérou que pour ce joyau de l’art archéologique inca, tant le pays regorge de sites tous plus remarquables les uns que les autres. Pour n’en citer que quelques incontournables : la Vallée Sacrée des Incas, Cuzco, le lac Titicaca et ses îles flottantes, Arequipa la cité blanche, le canyon de Colca.

Le Pérou est assurément un pays fascinant, tant par la beauté de ses paysages que par la richesse de sa culture. Loin de Lima, sa tonitruante capitale, le 3ème pays d’Amérique du Sud en superficie est de plus un écrin préservé de biodiversité. Les nombreuses initiatives gouvernementales mises en place depuis les années 90 ont ainsi permis de limiter la déforestation galopante et de protéger les peuples indigènes. L’écotourisme s’y est ainsi fortement développé.

Que ce soit sur la côte longeant l’Océan Pacifique, dans les montagnes de la cordillère des Andes, ou dans la selva amazonienne, les possibilités de voyage écoresponsable sont immenses, pour ne pas dire évidentes dans un pays où la nature règne en maître.

Voici les informations indispensables qui te permettront de dessiner les contours de ton futur séjour eco-friendly.

Budget :

Ô toi, voyageur écoresponsable, il va te falloir batailler dur avec ta conscience et ton porte monnaie pour ce voyage au Pérou. Quelque 10.000 km à vol d’oiseau séparent notre vieille Europe de ce beau pays d’Amérique du Sud. Il est donc difficile d’envisager un autre moyen que l’avion pour s’y rendre.

Résultat, tu te doutes bien que ton budget aussi bien que ton bilan carbone vont en prendre un coup :

  • entre 650 € (mars) et 900 € (juillet) en moyenne le billet A/R par personne
  • 2,89 T CO2e, soit presque ⅓ de plus que ce que chaque humain devrait dépenser pour une année entière

Une fois sur place, le coût de la vie est environ 2 fois moins élevé qu’en France. La pinte de bière plaisir de fin de journée te reviendra par exemple à environ 1,80 €, soit 52 % de moins qu’en Belgique, et 68% de moins qu’en France. Aucune raison de te priver !

Côté hébergement, une grosse disparité de tarifs existe selon le style de vacances pour lequel tu vas opter. Pour un séjour plutôt roots et durable, une nuit chez l’habitant te coûtera la modique somme d’une 20aine d’euros. Pour un voyage tout confort à l’hôtel, la chambre double est à partir de 30 euros en hôtel 3 étoiles, et jusqu’à 150 euros en hôtel de luxe.

Côté restauration, la nourriture péruvienne est à la fois la fête des papilles et du porte monnaie. Pour 3 euros, tu peux manger un plat unique et savoureux qui te rassasiera pleinement après tes visites de la journée. Le repas complet dans un resto local revient à moins de 10 euros/personne.

Au final, tu peux tabler sur un budget moyen compris entre 40 et 60 € par jour et par personne (sans compter les frais de transport pour se rendre dans le pays).

Quant à ton bilan carbone… tu ne vas pas partir tous les ans aussi loin, n’est-ce pas ?!

Durée du séjour :

Le Pérou est un grand pays (1 285 216 km²), et il regorge de sites remarquables et incontournables sur presque tout le territoire, mais plus particulièrement dans la moitié sud depuis Lima. Sachant qu’il te faudra compter sur des temps de transport importants et incompressibles, voici mes préconisations pour la durée de ton futur séjour :

10 jours

C’est le minimum du minimum si tu ne peux pas faire autrement. Cela nécessite une bonne organisation en amont, et d’aimer un peu le pas de course, ou plutôt la roue de bus, tu verras pourquoi plus bas.

2 semaines

Ces 4 ou 5 jours supplémentaires sur place te permettront de prendre le temps de te poser un peu plus entre 2 visites.

3, voire 4 semaines

Enfin, tant qu’à faire tout ce trajet en avion et à ruiner ton bilan carbone de l’année, autant épuiser quelques jours de congés supplémentaires et t’offrir une vraie immersion au cœur de la nature dans ce beau pays d’Amérique Latine. Tu pourras ainsi ajouter une cord(illère) écoresponsable à ton séjour en t’aventurant dans le Nord du pays, loin du tourisme de masse. Les amateurs d’archéologie et d’histoire pourront satisfaire leur curiosité sur les civilisations pré-incas, en visitant des sites à la beauté presque aussi époustouflante que le Machu Picchu, le monde en moins (Cajamarca, Chachapoyas, Chiclayo, Trujillo). Les amateurs de randonnée pourront quant à eux se laisser tenter par un trek dans la Cordillère Blanche, au départ de Huaraz.

Le meilleur moment pour partir ?

De par la diversité de ses reliefs, le Pérou bénéficie de climats très variés en fonction des régions. La meilleure période pour partir dépend donc de la zone que tu souhaites visiter.

Pour les plateaux andins, les treks dans la cordillère ou les randonnées en forêt d’Amazonie, la saison sèche s’étalant de mai à novembre est la plus appropriée. Pour la zone côtière bordant l’Océan Pacifique, ce sera plutôt de décembre à avril.

Le mois de mai est un bon compromis et met tout le monde d’accord !

Hébergement :

Voyager au Pérou, ce n’est pas seulement découvrir un pays aux panoramas sublimes. C’est aussi aller à la rencontre de personnes chaleureuses et accueillantes, naturellement enclines à partager leur culture et leur histoire.

Pour profiter pleinement de ces richesses humaines, je ne saurai trop te conseiller d’opter pour un hébergement chez l’habitant. En plus d’être une solution très économique pour te loger (20 euros la nuit), c’est une occasion unique de partager des moments de convivialité inoubliables avec les péruviens. C’est aussi le moyen de profiter de leur expérience pour découvrir le pays autrement, hors des sentiers battus.

Les auberges de jeunesse sont très usitées au Pérou, et une solution d’hébergement peu coûteuse. Affiliées ou pas, elles offrent des prestations et un confort modestes, à l’image de leur prix (25 euros en moyenne). Elles sont également le moyen de faire de belles rencontres.

Enfin, en ce qui concerne les hôtels, il y en a pour tous les genres et tous les budgets :

  • hôtels bon marché : un peu moins de 30 euros, avec salle de bain souvent commune et eau chaude en option, voire défaillante (pas terrible pour ton confort mais très écoresponsable, non ?!)
  • hôtels modérés : un peu moins de 50 euros, souvent de bon rapport qualité-prix
  • hôtels de standing : environ 150 euros, assez impersonnels et accueillant beaucoup de groupes

La valeur des étoiles est différente de celle de nos établissements européens. Autant partir avec un esprit un peu roots pour éviter les éventuelles déceptions.

Déplacements - Itinérance :

Au Pérou, le transport est un vrai challenge à relever - et peut accessoirement mettre tes nerfs écologiques en pelote. En effet, les distances entre les villes et les sites sont relativement importantes et nécessitent des moyens de transport adaptés.

Sur ce coup-là, il vaut mieux laisser tomber l’improvisation et t’en remettre à une bonne organisation en amont. Cela te permettra d’optimiser tes trajets et d'éviter de perdre un temps précieux dans les transports, que tu pourras ainsi consacrer à d’autres visites.

Voici quelques unes des options qui s’offrent à toi :

Le bus :

C’est le moyen de transport principal au Pérou, notamment pour son côté économique. De nombreuses compagnies existent, avec des niveaux de confort disparates. Mieux vaut payer un peu plus cher, le service sera meilleur et la sécurité renforcée dans un pays où les accidents de car sont fréquents.


Les colectivos :

Ces taxis collectifs circulant entre certaines villes peuvent être un bon compromis entre les bus locaux (meilleur marché mais plus lents) et les taxis individuels (plus rapides mais plus chers aussi).


L'avion :

Alors là, le voyageur éco-responsable que tu es fait des bonds de kangourou dans son siège ergonomique ! Pourtant, l’avion est une bonne option si le temps de ton séjour est minuté. À titre de comparaison : 1h30 en avion pour un trajet Lima-Arequipa contre 18 h en bus !

Le train :

3 lignes hors de prix existent seulement, à vocation uniquement touristique. On oublie !


La voiture :

Le réseau routier péruvien est quelque peu scabreux, voire carrément dangereux en certains endroits de la sierra (mais où sont les barrières de sécurité ?!). On oublie aussi !


Le transport fluvial :

Si tu souhaites visiter l’Amazonie, il te faudra aimer le bateau (ou randonner !).


En résumé, la durée de ton voyage est un élément déterminant dans le choix des moyens de transport sur place.


En conclusion...

Le Pérou est un pays qui peut donner 1000 envies de voyages responsables. Rencontrer les Quechua au bord du lac Titicaca, participer à des chantiers de fouilles archéologiques sur les traces mythiques des Incas, trekker dans la Cordillère Blanche ou la Vallée Sacrée, randonner dans la forêt amazonienne, et pourquoi pas prolonger l’expérience en participant à un projet d’écovolontariat… Il va te falloir plus d’une vie pour pouvoir assouvir toutes ces envies !

Je ne peux pas t’apprendre à jouer de l’ocarina ou de la flûte de pan, même pour des prestations dans le métro (bien que j'en ai une à la maison et je joue du piano, donc pourquoi pas m'y mettre sérieusement). Mais c’est avec grand plaisir que je te conseillerai dans l’organisation de ton futur voyage écoresponsable au plus proche des paysages et de la culture péruvienne. Contacte-moi pour les détails !